Abus de biens sociaux à Anosibe : Les victimes soupçonnent une corruption

Fait de Justice, une femme Karana présidente d’une société sise à Anosibe est soupçonnée d’abus de biens sociaux. Elle a déjà fait l’objet d’une enquête préliminaire auprès de la police pour abus de biens sociaux et abus de confiance», a-t-on appris de source proche du dossier. Les faits: les victimes en nom de Hanna, Masha et Reza Hiridjee portent plainte au parquet le 9 septembre dernier contre leur tante , la dame citée ci-dessus en tant que présidente de la société. Cette procédure fait suite à un soit transmis à destination des services de la police économique à Anosy par le procureur de la République. A cet effet, une enquête a été tout de suite ouverte par la police. Les enquêteurs en charge obtiennent sur la réquisition des documents officiels sur la société parmi lesquels les copies des comptes bancaires et les déclarations officielles de tva et autres taxes. Le point d’orgue arrive quand le commissaire principal référent de l’enquête convoque la dame, principale suspecte en audition dans ses bureaux à Anosy. Pour autant qu’on puisse en juger, l’affaire est grave et mérite d’être portée à l’attention de tous. Plusieurs centaines de millions d’ariary ont été détournés. D’ailleurs, si on se réfère à l’article 2016-021 du pôle anticorruption et compte tenu de l’importance des sommes en jeu, difficile de croire que cette affaire ne soit pas déférée auprès du Pôle Anti Corruption dans les jours qui viennent. De plus, les victimes soupçonnent une manœuvre dilatoire ainsi qu’une corruption passive de la part de la dame. Les victimes  lancent un appel à la juridiction afin de montrer la détermination de la Justice à ne pas tolérer cette pratique illicite.

Yv Sam 

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.