Tsaratanàna : Un adjoint au maire et deux autres individus enlevés par des “dahalo”

Le groupement d’Alaotra Mangoro participe activement à l’enquête.

Les histoires de Kidnapping gagnent à nouveau du terrain à Tsaratanàna. Cette semaine, trois individus, dont un ancien-adjoint au maire et deux autres personnes ont été enlevés par les “dahalo” dans le “fokontany” d’Ambohimiarina, commune rurale d’Ambakireny, dans le district de Tsaratanàna, région de Betsiboka. Les faits se sont produits dans la nuit de mercredi à jeudi vers 20h40min. Avisée par le président du “fokontany” des lieux, la gendarmerie de brigade de Brieville, appuyée par les militaires de la 322e compagnie d’Ambakireny a mobilisé ses éléments qui se sont rendus sur les lieux indiqués pour engager la poursuite. Selon les informations, les malfaiteurs demandent une rançon de 20 millions d’ariary en échange de la libération des otages et ont pris la direction du nord. En effet, les unités de la gendarmerie nationale, limitrophe de la brigade de Brieville et les détachements militaires voisins sont déjà alertés pour effectuer des bouclages. La gendarmerie a indiqué qu’une enquête a été ouverte et une collecte de renseignements est déjà en cours, en vue d’appréhender les malfaiteurs, auteurs de cet acte qui terrorise les habitants. Les éléments sur place ratissent actuellement la zone à leur recherche. Dans la plupart des cas, la famille des victimes entame une transaction avec les ravisseurs sans aviser les gendarmes, ce qui complique les actions des forces de l’ordre. De plus, l’état catastrophique de la RN 33 A reliant Maevatanana à Tsaratanàna, débouchant jusqu’à Andilamena et Ambatondrazaka rend la situation plus complexe. Malgré les opérations spéciales de sécurisation menées dans ce district, une vague d’enlèvement continue de terroriser les habitants. Les principales cibles sont les hommes politiques, les opérateurs économiques ainsi que les agents de l’État domiciliés dans le district. Par conséquent, le district est classé zone rouge en matière d’insécurité.

Yv Sam

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire