MIDIRAMA – Le début d’un long chemin de croix



Jacaranda

Une semaine après la prise de fonction du nouveau gouvernement, on ne voit pas encore clairement quels sont les axes de son intervention sur le plan national. Les passations de service au sein des différents ministères ont certes permis d’avoir un petit aperçu du programme de certains ministres, mais les journalistes présents sont restés sur leur faim. La situation de crise que vit le pays actuellement nécessite de la part de ceux qui nous gouvernent des actions vigoureuses. Les problèmes qui se sont accumulés durant cette première partie du mandat du président de la République demandent maintenant une attention particulière de la part de l’équipe du Premier ministre Olivier Mahafaly. Le premier d’entre eux est bien sûr cette insécurité chronique qui traumatise une population déjà en butte aux difficultés de la vie quotidienne. Les attaques à mains armées meurtrières qui se sont multipliées, ces derniers temps, ont fait régner une véritable psychose dans tous  les quartiers de la capitale. Le retour des délestages est  un phénomène qui irrite les usagers au plus haut point et dans le même temps, l’annonce de la nécessaire hausse des tarifs de la Jirama plombe un moral qui était déjà au plus bas. Le raidissement des agents pénitentiaires et des greffiers n’arrange pas une atmosphère sociale déjà très tendue par l’évacuation musclée des marchands informels par les agents de la commune. Cette première semaine du gouvernement Mahafaly Olivier n’a pas été de tout repos et lui permet de supputer toutes les difficultés qu’il devra surmonter par la suite.

L’actualité internationale reste dominée par la crise politique qui a atteint son paroxysme au Brésil et qui pourrait se solder par la destitution de la présidente Dilma Roussef  après le vote du Sénat, le 11 mai prochain. Mais d’autres sujets partagent aussi la une des médias avec cet « impeachment ». Il y a la victoire écrasante d’Hilary Clinton aux primaires de New Yourk et celle moins importante de Donald TRump dans le camp républicain. On assiste également au recul de DAECH en Syrie après la perte de plusieurs de ses bastions conquis par les forces gouvernementales. La perspective d’une candidature de François Hollande à l’élection présidentielle de 2017 est en train de s’éloigner après le dernier sondage qui le crédite de 18% d’opinion favorable.

Dilma Roussef sur le chemin de la destitution. Dimanche dernier, l’assemblée nationale brésilienne votait à la majorité des 2/3 la destitution de Dilma Roussef. La présidente a un peu moins de quinze jours pour essayer d’inverser la tendance au Sénat dont les membres se prononceront le 11 mai prochain. Les manifestations de ses opposants et de ses partisans se multiplient ces derniers jours et pèsent de plus en plus sur le climat politique. Le chef de l’Etat est plus combattif que jamais, mais tout le monde s’accorde à dire que les jours qui lui restent à passer à la tête de l’Etat sont comptés.

La course en tête d’Hilary Clinton et de Donald Trump. Les partisans d’Hilary Clinton jubilent car leur candidate est presque assurée d’être investie à la convention démocrate au mois de juillet. L’ancienne sénatrice de l’Etat de New York a remporté haut la main la primaire qui l’opposait à son rival Bernie Sanders. Dans le camp républicain, la victoire de Donald Trump a été moins écrasante, mais son avance sur son adversaire lui permet d’envisager son investiture.

Le gouvernement est maintenant installé et la population attend ses premières actions concrètes. Il est attendu au tournant et la semaine qui va suivre permettra de le voir à l’œuvre sur le terrain. Ce n’est que le début d’un long chemin de croix.

Patrice RABE

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.