MIDIRAMA : Après la Francophonie, revoilà les délestages !

Jacaranda

Les perspectives mirifiques ouvertes par les milliards de dollars de crédit de la conférence des bailleurs de fonds à Paris se sont très vite estompées avec le retour à la dure réalité. La Jirama, après la parenthèse paisible du Sommet de la francophonie, renoue avec ses errements du passé et a fait revivre aux usagers les affres du délestage. La société nationale, il est vrai, est victime de cette sécheresse qui frappe la Grande Ile en ce moment. La baisse dramatique du niveau de l’eau dans les rivières faisant tourner les turbines de la centrale hydroélectrique d’Andekaleka a fait chuter la production d’électricité. La solution trouvée est donc ces délestages qui n’épargnent aucun quartier de la capitale. Pour les consommateurs, il s’agit d’un véritable enfer car il s’agit d’un calvaire quotidien extrêmement long. Ils ont écouté les explications fournies, mais cela ne dédouane pas les responsables de la Jirama qui doivent remédier à la situation. Le président de la République, quant à lui, continue ses inaugurations, préférant parler des perspectives d’avenir plutôt que de s’intéresser aux difficultés présentes. Le régime qu’il dirige a coupé l’herbe sous les pieds du MAPAR, une des ailes de l’opposition la plus virulentes à son égard, en arrêtant son vice-président, Augustin Andriamananoro. Certains affirment qu’il s’agit d’une manœuvre d’intimidation à l’égard d’Andry Rajoelina, mais à présent, ce groupement de partis est pratiquement neutralisé. Le tollé soulevé par cette arrestation n’y changera rien. Le vote de la loi sur la réconciliation par les députés favorables au régime à l’Assemblée nationale entre dans le même cadre puisque cette loi est une arme redoutable entre les mains du pouvoir qui peut empêcher les ténors de l’opposition de se présenter à l’élection présidentielle de 2018.

Le triomphe de Bachar Al Assad. Sur le plan international, c’est la reconquête de la ville d’Alep par l’armée gouvernementale syrienne qui focalise l’attention des médias du monde entier. Les forces rebelles ont plié bagage devant les soldats de Bachar Al Assad. L’évacuation des populations civiles s’est déroulée en bon ordre. Le président syrien a gagné son pari et il peut jouir de son triomphe devant les caméras du monde entier. Il a posté un « tweet » où on le voit savourant modestement sa victoire. A présent, il n’a plus de véritables opposants. Les pays européens et l’Amérique ne peuvent pour l’instant que prendre acte. Sur le front irakien, la situation est beaucoup plus confuse. Les forces spéciales se heurtent à une résistance désespérée des djihadistes. Les combats se livrent rue après rue..

La primaire de la gauche en perspective. La candidature de François Fillon à l’élection présidentielle française de 2017 est maintenant parfaitement admise par les Français. Pour le candidat de la droite, les choses sérieuses commencent. Il doit maintenant rectifier une partie du programme qu’il a présenté lors de la primaire de novembre. Il doit tenir compte des critiques émises à propos de certaines de ses propositions. A présent, c’est au tour de la gauche de désigner son candidat. Les postulants ont déposé leur candidature auprès de la haute autorité qui va ou non l’invalider. Emmanuel Valls, Arnaud de Montebourg ou Benoît Hamon sont assurés de faire partie des élus.

Le régime en place, après les fastes du Sommet de la francophonie, doit maintenant revenir aux réalités. Gérer le quotidien est plus difficile que tracer des perspectives d’avenir. Le retour des délestages n’arrange pas son affaire. Nul ne sait comment il va réussir à se tirer de ce mauvais pas.

Patrice RABE

Telma Fibre Vibe

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.