Madagascar plus que jamais dans l’œil du cyclone

Le cyclone Enawo est en cette fin de semaine sur le point de quitter la Grande Ile. Pour le peuple malgache, c’est une épreuve de plus dans le long calvaire qu’il endure depuis un certain temps. Les conditions de vie de la majorité de la population qui n’étaient pas brillantes vont empirer. Le pays attendait bien évidemment l’arrivée de ce météore car on est en pleine saison cyclonique, mais il est toujours difficile de voir toutes ces destructions et ces souffrances engendrées par son passage. C’est bien évidemment la réaction des pouvoirs publics et en particulier du gouvernement que l’on attend. Le BNGRC a tout de suite mobilisé ses moyens pour venir au secours des sinistrés. Le système des Nations Unies a envoyé une délégation sur le terrain pour mesurer l’étendue des dégâts. Le président de la République s’est rendu dans les sites d’hébergement de tous ces malheureux qui ont dû quitter leurs habitations détruites ou envahies par les eaux. Il leur a exprimé des mots de réconfort, mais maintenant, on attend de voir la réalité de ce soutien sur le terrain. C’est peut être maintenant l’occasion pour lui et pour son régime de jouer le rôle de protecteur qui est le leur. Même s’ils ne peuvent pas subvenir à tous les besoins, qu’au moins, ils donnent l’impression d’être véritablement concernés par la détresse des sinistrés. Les aides de la communauté internationale vont bien entendu arriver, mais ce sont les autorités malgaches qui doivent être les premières à agir. Les problèmes qui existaient déjà auparavant, délestage, flambée des prix, hausse du prix des carburants sont toujours là et ne vont pas être résolus de si tôt.

Sur le plan international, c’est toujours le conflit des alliés de la coalition avec DAECH qui continue de focaliser l’attention. Les avancées des troupes irakiennes et syriennes sur les deux fronts sont réelles, mais elles se font au prix de combats meurtriers. L’intervention des militaires américains sur le terrain se fait au vu et au su de tous les observateurs, illustrant ainsi le changement opéré depuis l’arrivée de Donald Trump à la maison blanche. Si on en doutait, la réaction des USA après le tir par la Corée du Nord de quatre missiles balistiques est éloquente. En installant sur le territoire Sud coréen un système de bouclier anti missiles, les Etats-Unis envoient un sérieux avertissement au dictateur Nord coréen. Le président américain, quant à lui, reste égal à lui-même. Après avoir essuyé un camouflet auprès de différentes juridictions à propos de son décret prônant l’interdiction d’entrée aux Etats-Unis de ressortissants de six pays, il est revenu à la charge avec un décret modifié. Les tribunaux de cinq Etats ont déjà manifesté leur intention de contester son application.

Confirmation de la destitution de Park Geun Hye. En Corée du Sud, c’est un long feuilleton politique qui a pris fin avec la confirmation de la destitution de la présidente Park Geun-Hye par la cour constitutionnelle. L’Assemblée nationale l’avait votée, il y a neuf mois. La présidente avait été accusée d’avoir couvert les malversations de sa conseillère qui avait, en quelque sorte, racketté des dirigeants de grandes sociétés et avait reçu plusieurs millions de dollars.  .

François Fillon conforté comme candidat. François Fillon a pour l’instant réussi son pari de rester le candidat de la droite à l’élection présidentielle française. Après le refus d’Alain Juppé de le remplacer, il a réussi à imposer son autorité, forçant son camp à se rassembler derrière lui. A cinquante jours du premier tour de l’élection, il était plus que temps qu’il entre dans le vif de la campagne électorale. Ses rivaux, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, ont assis leur stature de favoris comme le montrent les dernières enquêtes d’opinion.

Madagascar est plus que jamais dans l’œil du cyclone, au propre comme au figuré. La crise qui était déjà importante avant le passage d’      Enawo va encore s’aggraver. Les difficultés de l’économie malgache vont s’amplifier. Le régime va traverser une période difficile et on va pouvoir juger de sa capacité à faire sortir le pays de cette tempête dont les conséquences vont se faire sentir très longtemps.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.