Place à la trêve des confiseurs


Jacaranda
Banky Foiben'i Madagasikara

En cette fin d’année, l’ambiance est à la morosité. Mais même si cela ne transparaît pas lorsqu’on regarde la cohue régnant partout en ville, au sein de chaque foyer, on sent une certaine crispation. Ce sont des fêtes à budget très réduit que les Malgaches vont passer dans les jours à venir. On ne fera pas bombance à Noël et au réveillon de la St-Sylvestre, car les caisses familiales sont vides. Jamais, peut- être, le mot « crise » n’a traduit avec autant de justesse la réalité vécue par une population totalement désabusée. Même s’ils font le constat du mal vivre des Malgaches, les dirigeants ne semblent pas manifester beaucoup d’empathie pour ces derniers. Ils donnent l’impression de ne se préoccuper que de l’échéance de 2018. Sur ce point, ils ne veulent pas s’écarter de leur objectif : faciliter le parcours de leur candidat lors de cette élection présidentielle. Leur démarche ne s’embarrasse d’aucune subtilité politique. Ils s’entêtent à vouloir réviser la Constitution et font tout pour arriver à leurs fins. Les interpellations de la communauté internationale et des membres de la société civile n’y font rien : ils sont décidés à aller jusqu’au bout. La session ordinaire de l’Assemblée nationale s’est déroulée sans grande surprise. La loi des finances de 2018 a été votée sans difficulté, mais elle a été retoquée par la HCC. Il faudra faire revenir les députés au début de l’année prochaine pour l’examen des projets de loi électorale.

Sur le plan international, c’est le vote du Conseil de sécurité suivi de celui de l’assemblée générale de l’ONU concernant la décision des Etats-Unis de transférer le siège de leur ambassade en Israël à Jérusalem qui a marqué cette semaine. Les menaces de rétorsion de l’administration américaine envers les pays bénéficiant de leur aide a fait reculer quelques-uns d’entre eux, mais dans l’ensemble, elles ont eu peu d’effet. C’est une nouvelle donne qui est en train de s’installer après les élections régionales en Catalogne. Les unionistes bien qu’arrivés en tête ne sont pas majoritaires et les séparatistes et leurs alliés se trouvent en position de force. Le premier ministre Mariano Rajoy refuse le dialogue proposé par le président indépendantiste Puigdemont. Le chef de l’exécutif espagnol a subi un camouflet et se trouve affaibli par cette défaite. Néanmoins, indépendantistes et unionistes ne veulent pas de solutions extrêmes et chaque camp est disposé à faire des concessions.

Le camouflet subi par les Etats-Unis. L’administration de Donald Trump a subi un véritable revers à l’ONU et malgré ses déclarations tonitruantes, elle ne peut cacher son isolement sur le plan international. Les Etats-Unis ont réussi à bloquer la résolution du Conseil de sécurité grâce à leur veto, mais ils n’ont pu empêcher la condamnation de l’assemblée générale à une large majorité malgré les pressions de leur ambassadrice. Ils ont essayé de sauver la face en se félicitant du recul de certains pays qui s’en sont abstenus.

Il est de tradition qu’une trêve politique s’installe durant les fêtes de fin d’année. Les passes d’arme entre hommes politiques ont cependant eu lieu, mais on peut espérer que durant les jours qui vont suivre, les esprits vont se calmer et qu’il y ait une véritable trêve des confiseurs permettant au peuple malgache de passer un joyeux Noël et un réveillon de la St-Sylvestre en famille.

Patrice RABE


Share This Post

Post Comment