Les médiateurs sont venus, ont vu et n’ont pas convaincu



Jacaranda

Les médiateurs internationaux sont repartis bredouilles. Ils n’ont pas réussi à dénouer cette crise qui est différente de celles rencontrées en Afrique. Ils sont arrivés avec une méthode qu’ils croyaient éprouvée : réunir les principaux acteurs politiques et les amener à un terrain d’entente débouchant sur un accord politique. Ils se sont heurtés à la réalité malgache. Le mouvement populaire qui a pris de plus d’ampleur, est non violent, et il a pu dénoncer toutes les tares d’un régime ayant agi à sa guise durant quatre ans. Cette contestation a une légitimité démocratique puisque ce sont des députés élus du peuple qui en ont pris la tête. Ces derniers ont voulu que tout se passe dans la légalité. Les différentes requêtes déposées à la HCC sont les instruments juridiques permettant de d’atteindre l’objectif voulu ; le départ du chef de l’Etat et l’organisation d’élections libres et démocratiques. La communauté internationale qui pensait voir un schéma de crise classique débouchant sur des affrontements, a déchanté et n’a pas réussi à débloquer la situation. Les médiateurs envoyés ont tablé sur la mise en place d’un accord entre les acteurs politiques et ont écarté les députés du changement. Il n’y a pas eu de consensus trouvé entre les chefs de file qu’ils ont réunis. Le cas malgache, s’il trouve un épilogue heureux, servira peut-être d’exemple sur le continent africain. Mais on n’en est pas encore là.  Les Malgaches ont retenu les leçons du passé et ils refusent les solutions imposées qui ne correspondent pas au contexte local. C’est l’instauration de véritables règles démocratiques que les citoyens veulent dans leur pays.

Sur le plan international, c’est la répression sanglante des manifestations palestiniennes par l’armée israélienne lundi dernier qui a provoqué l’indignation de la communauté internationale. Le gouvernement de Benyamin Netanyahou a assumé les actes de ses militaires qui ont tiré à balles réelles sur les hommes, les femmes et les enfants venus protester contre l’installation de l’ambassade américaine à Jérusalem. Forts du soutien des Américains, les conservateurs israéliens au pouvoir n’ont pas d’état d’âme et ont décidé d’utiliser ces moyens disproportionnés pour faire peur aux Palestiniens de la bande de Gaza. Lors d’une réunion du conseil de sécurité, l’état hébreu a été défendu par la représentante américaine qui « a loué la retenue de Tsahal lors de ces événements ». Tous les autres pays ont manifesté leur désapprobation devant l’attitude de l’armée israélienne.

Le retrait de l’accord nucléaire iranien par les Etats-Unis continue de perturber l’équilibre fragile du Proche Orient. Israël et l’Arabie Saoudite ne cachent pas leur satisfaction. Les pays européens ont décidé de soutenir l’accord conclu avec les Iraniens. Une réunion a eu lieu à Bruxelles où tous les chefs d’Etat étaient présents. Ces derniers ont réfléchi à la manière de renforcer les clauses de l’accord.

La Corée du Nord a menacé d’annuler la rencontre de son leader avec Donald Trump le 12        juin prochain après l’annonce de la tenue de manœuvres militaires conjointes américaines et sud-coréennes. Les porte-paroles des deux pays ont tenu à minimiser l’importance de ces exercices qui étaient prévus depuis de longue date. Les Nord-Coréens affirment qu’ils commencent à douter de la sincérité des Américains, après avoir vu l’attitude de ces derniers vis-à-vis de l’  Iran.

La crise malgache actuelle est différente de celles qu’a connues le pays. C’est une exigence de démocratie que les citoyens mettent en avant pour expliquer ce mouvement des « députés du changement ». Ces derniers refuseront tout accord fait sur leur dos. Ils veulent tourner le dos au passé et repartir sur des bases saines. Les médiateurs l’ont constaté et n’ont donc pas pu imposer leurs solutions. Les médiateurs sont venus, ils ont vu et ils n’ont pas convaincu.

Patrice RABE.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.