La contre offensive du régime est lancée



Jacaranda

Après avoir longtemps tergiversé, les partisans du régime ont décidé de réagir. Depuis une semaine, ils ont multiplié les interventions médiatiques pour ne plus laisser le champ libre aux 73 députés du changement. Après le 21 avril, on avait l’impression qu’ils semblaient totalement désemparés. Les critiques et les dénonciations de toute sorte faites sur la place publique semblaient les  avoir  mis en état de sidération. Lentement, mais sûrement, la défiance envers le régime s’est installée. L’idée de la  déchéance du chef de l’Etat s’est installée. Le rassemblement organisé, aujourd’hui au Coliséum d’Antsonjombe est un des moyens trouvés pour regagner le terrain perdu auprès de l’opinion. La méthode qui a fait ses preuves dans le passé laisse sceptique les observateurs. Les manifestants de la place du 13 mai ne dérogeront pas à  leurs habitudes et vont faire une démonstration de force le long de l’avenue de l’indépendance. Cette semaine a été également marquée par le forum de l’IEM qui réunit des personnalités et experts venus de tous les horizons et qui, durant deux jours, a dessiné les perspectives d’avenir de la grande île. Les propos tenus par les intervenants montrent que la voie du développement  est ouverte pour la  grande île et que l’on peut s’y atteler. Ce projet, l’ancien président de la transition, Andry Rajoelina le porte et il va le présenter lors de la prochaine élection présidentielle.

D’une semaine à l’autre, l’actualité internationale change très vite de visage. Les projecteurs s’étaient braqués, il y a une dizaine de jours, sur les événements sanglants ayant marqué l’installation de l’ambassade américaine à Jérusalem.. Aujourd’hui, on est passé à autre chose. C’est l’annonce par Donald Trump de l’annulation du sommet avec Kim Jung Un qui fait la une de tous les médias. Elle survient après les différentes déclarations du leader nord coréen très critique vis-à-vis des Américains et des Sud Coréens décidés à faire des manœuvres communes. Cette décision du président des Etats-Unis ne surprend plus les observateurs qui se sont habitués à ses revirements.

La réélection de Nicolas Maduro au Venezuela est fortement contestée par la communauté internationale qui dénonce de  multiples irrégularités dans les votes. Le leader vénézuélien n’en a cure et affirme qu’il a été élu démocratiquement. Il a remporté l’élection avec 70% des suffrages exprimés, mais avec un taux de participation de 41%. Henri Falcon, son rival malheureux, réclame un nouveau scrutin. 14 pays d’Amérique du sud ne reconnaissent pas la victoire du président vénézuélien.

Cette semaine a été également marquée par la visite d’état du président Emmanuel Macron en Russie.  Son homologue russe lui a réservé les mêmes fastes que lors de leur rencontre en France. Le chef d’état français avait reçu ce denier à Versailles. Il a été accueilli par le président russe au palais Constantin de St Pétersbourg. Les deux dirigeants ont eu un long tête à tête. Il a été précisé que leur dialogue a été franc et direct. Ils n’ont éludé aucun sujet et ont reconnu qu’ils avaient des points de divergence, mais cela n’empêche pas la cordialité de leur relation.

Le régime a compris qu’il commençait à perdre la partie face aux opposants du régime. Sa contre offensive est donc lancée, mais on se demande si elle n’est  pas trop tardive. La population semble s’être détachée du pouvoir et elle n’est pas prête de se laisser convaincre par les arguments présentés. On verra aujourd’hui quelle audience a encore ce dernier.

Patrice RABE

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. Mampihomehy be ilay  » contre offensive du regime » tsy feno NY Coliseum hahahahahaha hahahahahaha……..

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.