Un apaisement et un dialogue,difficiles à trouver



Jacaranda

On attendait une sortie de crise apaisée après la nomination du Premier ministre. Il n’en fut rien. La situation a même empiré après la formation du nouveau gouvernement. La place du 13 mai a retrouvé son esprit frondeur et  a bien l’intention de pousser les ministres HVM vers la sortie. Les députés du changement ayant intégré l’équipe gouvernementale ont eux aussi, été égratignés par la base qui se sent trahie par leur attitude.  Le ton est monté sur le parvis de l’hôtel de ville, et les manifestations ont  repris. Les ministres contestés l’ont appris à leurs dépens. Le chef du gouvernement ne dispose pas de cette sérénité et cet apaisement nécessaire pour mener à bien la mission qui lui a été confiée. Son appel au dialogue n’a pour le moment reçu aucun écho, mais il n’a  pas l’intention de baisser les bras. Dans ce contexte, l’examen de la L.F.R.  ou Loi de Finances Rectificatives  a peu de chance d’intéresser  les députés qui ont déserté les bancs de l’assemblée.  En ce mois de juin, la coupe du monde    arrive à  point nommé pour détendre cette atmosphère particulièrement tendue.C’est  une diversion qui tombe à point. Les nombreux matches retransmis par la TVM vont retenir les férus du ballon rond devant leur poste téléviseur. Ce sera l’occasion d’oublier les désagréments de la vie quotidienne.

L’horizon semble s’être éclairci sur le plan international après le sommet  Donald Trump -Kim Jung  Un à Singapour. La rencontre  a été savamment orchestrée, et la  mise en scène a été réglée comme sur du papier à musique. Le président américain a été particulièrement loquace et il n’a pas tari d’éloge sur son interlocuteur. Les observateurs, tout en saluant  le geste accompli par les deux dirigeants, s’interrogent pourtant sur  la portée de l’accord qu’ils ont signé. Ces derniers n’ont pas hésité dans le passé à se dédire et ils  pourraient revenir sur leur parole. La communauté internationale reste donc  très mesurée.

En Europe, le problème des migrants perturbe les relations entre les Etats. Le nouveau gouvernement italien a décidé de refuser dorénavant de les accueillir. Les autorités portuaires ont refusé l’accostage de l’Aquarius, le bateau chargé de 626 personnes. Ce qui a entraîné une passe d’armes entre l’Italie et la France.  Le président Macron ayant dénoncé le cynisme du chef du gouvernement italien, la rencontre entre les deux hommes a failli être annulée. La demande d’excuse faite par le président du conseil a cependant  été honorée et tout est rentré dans l’ordre. L’Espagne a accepté l’arrivée du navire dans un de ses ports. La France va dorénavant augmenter son quota de migrants. Mais le problème ne sera pas de sitôt résolu en Europe.

L’ONU a condamné Israël pour les violences à Gaza. L’assemblée générale a adopté la résolution à une large majorité, les Etats-Unis ayant opposé son veto au conseil de sécurité.  Le texte déplore  « un usage excessif, disproportionné et indiscriminé de la force par l’armée israélienne».  Il  appelle à des mesures de protection des civils palestiniens, 129 d’entre eux ayant été tués par des tirs du Tsahal depuis fin mars.

Le Premier ministre est décidé à accomplir la mission qu’on lui a confiée malgré les contestations d’une opposition décidée à en découdre. Sa tâche s’avère particulièrement ardue et il  continue de prôner l’apaisement et le dialogue. Les jours, voire les mois à venir, vont être particulièrement difficiles à passer.

Patrice RABE


Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.