Une contestation toujours très présente sur le front politique

Jacaranda

C’est une véritable valse d’hésitation de la part des autorités à laquelle on a assisté cette semaine à propos de la manifestation organisée par le K25 et ses partisans. Interdite par le préfet, elle a d’abord bénéficié de la mansuétude des forces de l’ordre qui avaient d’abord bouclé la place et dispersé la foule à coups de grenades lacrymogènes. Ordres et contre ordres se sont succédé tout au long de la semaine, dénotant un véritable imbroglio politique dans les sphères du pouvoir. Une sourde rivalité oppose le Premier ministre aux responsables du K25 ayant obtenu le consentement du ministre de la Défense. L’entourage de ce dernier affirme que c’est le président par intérim qui est à la manœuvre dans cette affaire. Le chef du gouvernement a décidé d’affirmer son autorité et d’assurer pleinement les pouvoirs que lui confère la constitution. En tant que responsable de la sécurité, de la paix et de la stabilité sur toute l’étendue du territoire, il a donc pris ses responsabilités. Une plainte a été déposée à l’encontre de plusieurs personnalités du mouvement de contestation de la Place du 13 mai pour atteinte à la sûreté de l’Etat. L’interdiction de la manifestation a été réaffirmée hier et l’accès au parvis de l’Hôtel de ville a été de nouveau refusé. Pendant ce temps, la HCC continue l’examen des requêtes déposées depuis lundi dernier. L a proclamation des résultats officiels aura lieu, mardi prochain après la cérémonie de vœux des corps constitués qui aura lieu lundi à Iavoloha.

Sur le plan international, c’est toujours le « shutdown » aux Etats- Unis qui focalise l’attention des médias occidentaux. La crise qui paralyse une partie de  l’administration américaine depuis le 22 décembre dernier a alimenté les débats de toute la classe politique américaine. Le gel des salaires de certains fonctionnaires trouve son origine dans le refus des démocrates d’accorder un crédit de cinq milliards de dollars pour financer la construction du mur à la frontière mexicaine. Mais une  de l’impasse budgétaire est peut-être en vue, puisque la majorité démocrate de la Chambre des Représentants a adopté un plan visant à mettre fin à cette paralysie partielle de l’administration. Les républicains du Sénat, quant à eux, attendent le feu vert de Donald Trump pour emboîter le pas à leurs collègues démocrates de l’autre chambre.

La situation politique d’Emmanuel Macron, même si elle s’est améliorée, ne s’est pas encore stabilisée. Le désamour éprouvé par les Français envers le chef de l’Etat est encore important malgré la baisse de popularité des « gilets jaunes » dans l’opinion. La nouvelle affaire Benalla n’a pas arrangé sa situation,  mais certains observateurs minimisent la portée de ce nouvel incident qui, dit-on, va très vite se tasser. Le président de la République va devoir s’attaquer à d’autres problèmes plus graves touchant de près la vie des citoyens.

La RDC a, elle aussi, vécu une élection présidentielle mouvementée. Le pays est dans l’attente des résultats du scrutin, ce week-end, mais la CENI va certainement reporter leur annonce de quelques jours. Selon les observateurs, l’opposant Félix Tshisekedi est en tête, mais la presse officielle annonce que le candidat du pouvoir Martin Fayulu clame déjà sa victoire.

L’annonce des résultats officiels par la HCC aura lieu mardi et devrait si tout se passe bien mettre fin à la contestation de ces derniers jours. Le verdict des juges constitutionnels devrait s’imposer à tous. Les Malgaches auront un président qui sera à la tête du pays durant cinq ans. Il sera le président de tous les Malgaches et devra faire de conciliation pour désarmer cette contestation très présente sur le front politique.

Patrice RABE

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.