Une lutte qui risque d’être âpre durant ces communales

Jacaranda

A moins de deux mois des élections communales, la tension monte dans le monde politique. C’est sur le scrutin qui se déroulera à Antananarivo que se focalise l’attention des observateurs. La Ville des Mille peut être comparée à une belle femme dont on se dispute les faveurs. Cette fois- ci encore, ses habitants ne se laisseront pas séduire facilement. Depuis toujours, ils ont manifesté une indépendance d’esprit qui les amène à choisir un homme ou une femme s’opposant au pouvoir. Pour le moment, un seul candidat a déposé son dossier. Baba Rakotoarisoa entend relever le défi. Le jeune homme parle haut et fort et entend s’attaquer à des problèmes qui se sont accumulés au fil des années. Cependant, ce franc parler suffira-t-il à rallier les suffrages des Tananariviens ? Les poids lourds de la politique n’entendent pas se laisser déloger facilement. Le TIM jouit d’une rente de situation qu’il veut mettre à profit pour rester en place. Les grandes manœuvres électorales ont en tout cas commencé. Les dépôts de dossier de candidature se poursuivront jusqu’au 12 septembre. Pendant ce temps, la vie de la nation suit son cours. L’insécurité reste toujours l’un des problèmes les plus préoccupants. Les attaques à main armée, les tueries et cette semaine, cette bavure policière qui a fait le buzz ont fait frémir une opinion oscillant entre effroi et incompréhension. Le Premier ministre, en tout cas, a pris conscience de la gravité du problème et a rappelé la nécessité d’avoir des forces de sécurité efficaces et sachant se maîtriser. Les délestages et les coupures d’eau n’ont plus la même ampleur qu’avant, mais ils font quelquefois un retour inopiné. Ce fut le cas jeudi soir après l’explosion d’un transformateur à Talatamaty qui a privé d’électricité le nord-est de la Capitale.

Sur le plan international, le coup d’éclat du président brésilien Bolsonaro qui a apostrophé violemment Emmanuel Macron et dont le secrétaire d’Etat a tenu des propos outrageants vis-à-vis de la femme du président français a provoqué un véritable tollé. Le chef de l’Etat brésilien ne s’est pas excusé et ce sont ses compatriotes qui l’ont fait à sa place. Après avoir refusé les 20 millions de dollars offerts par les pays du G7 pour la préservation de l’environnement en Amazonie, il s’est rétracté.

La décision de Boris Johnson de suspendre le parlement a jeté un certain désarroi dans le camp des députés opposants au Brexit. Ces derniers ont entamé une procédure en justice pour empêcher cette suspension, mais ils ont été déboutés. Le Premier ministre qui a parfaitement le droit de suspension avec l’autorisation de la reine est soupçonné de vouloir empêcher les députés de bloquer un Brexit sans accord.

Au Yémen, la guerre recommence à faire rage. Le conflit que l’on avait tendance à oublier ces derniers temps est reparti de plus belle. Aujourd’hui, le torchon brûle entre le pouvoir et les Emirats Arabes Unis. Des raids aériens ont été opérés par ces derniers contre des cibles terroristes à Aden.

A Hong Kong, plusieurs figures du mouvement pro-démocratie ont été arrêtées. Plusieurs associations ont dénoncé ce coup de filet comme une tentative de museler l’opposition après l’interdiction de la manifestation devant avoir lieu, ce samedi.

La campagne officielle des communales n’a pas encore commencé,  mais les premières critiques commencent à fuser à l’encontre de la CUA. Le bilan de l’équipe en place est pointé  du doigt. Pour le moment, cette dernière s’est contentée de se défendre avec force arguments. Les élections auront lieu dans moins d’un mois, mais on pressent que la lutte sera âpre.

Patrice RABE

Telma Fibre Vibe

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.