« La vie de dirigeant n’est pas un long fleuve tranquille »

Jacaranda

C’est une nouvelle semaine éprouvante que les citoyens ont vécue. Elle l’a été aussi pour les dirigeants obligés de répondre à toutes les critiques qui leur sont adressées. Depuis lundi, les automobilistes ont trouvé leur réflexe de temps de crise en prenant d’assaut les stations-service pour avoir le maximum d’essence dans leur réservoir. Les propos rassurants du directeur de l’OMH (Office Malgache des Hydrocarbures) et des membres du GPM (Groupement Pétrolier de Madagascar) sur la fausse pénurie n’y ont rien fait. Les longues files ont continué à se former par crainte d’une rupture de stock. La situation s’est finalement stabilisée et l’essence est maintenant disponible pour tout le monde. Cette course au ravitaillement a été aussi pénible que les coupures d’électricité et d’eau qui se sont multipliées ces derniers jours. La Jirama a été une fois de plus la cible des critiques des usagers pris au dépourvu. Les excuses faites par les responsables n’ont pas réussi à tempérer l’exaspération des consommateurs. Ces derniers sont conscients de l’impuissance des employés de la société d’Etat qui ploient sous les sarcasmes, mais les consommateurs n’en peuvent plus d’être privés d’eau et d’électricité. Dans ce domaine, il devrait y avoir aussi une accalmie. Après un jeudi où les délestages se sont multipliés, une légère amélioration a été constatée. La déclaration du président Macron visitant les îles Glorieuses a provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. En disant : « Ici, c’est la France : », il a heurté la sensibilité de nombreux internautes. Néanmoins, il a par la suite essayé de tempérer ses propos lors de l’interview accordée à Réunion 1re. Le président Andry Rajoelina, n’a laissé planer aucune ambiguïté sur la position malgache en annonçant la mise en place d’une commission mixte le 18 novembre.

Sur le plan international, c’est le sommet Russie-Afrique qui a marqué cette semaine. C’est le retour de la Russie sur le continent africain. 43 chefs d’Etat et de gouvernement, dont le président Andry Rajoelina, ont assisté à cette réunion avec Vladimir Poutine. Ils ont, le 24 et 25 octobre, discuté avec leur homologue russe qui s’est félicité de ce succès. Aucun contrat majeur n’a été signé, mais il espère pérenniser cette rencontre qu’il voudrait voir se dérouler régulièrement.

Les Kurdes du nord de la Syrie ont eu l’impression d’être sacrifiés sur l’autel de l’entente russo-turque qui établit une zone de sécurité de plusieurs kilomètres à la frontière turque. Cet accord a reçu la bénédiction du président Donald Trump soulagé d’avoir un arrêt de l’offensive turque. Le projet d’’autonomie des Kurdes de Syrie est donc définitivement enterré au grand soulagement d’Ankara.

En Europe, le report du Brexit est ajourné. Ce qui est sûr, c’est que la date du 31 octobre n’a pas sa raison d’être. Boris Johnson a fait un chantage aux élections au Parlement, mais les députés ont voté contre lui. Les 27 pays européens ont repoussé, hier, une décision sur le report de la date du Brexit à la semaine prochaine. La plupart des Etats sont ouverts à un report de trois mois, au 31 janvier 2020.

Le président Andry Rajoelina s’aperçoit de la difficulté de gouverner le pays. Depuis son arrivée au pouvoir, les difficultés se sont accumulées, l’empêchant de réaliser ses projets. Néanmoins, il reste solidement à la barre et il traverse les écueils vaille que vaille. Il découvre que « la vie de dirigeant n’est pas un long fleuve tranquille ».

Patrice RABE

 

 

MID26Z              12 modules

 

 

.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.