MIDIRAMA : « Tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles »

Jacaranda

C’est un limogeage qu’on voyait venir. La position du ministre de l’énergie, Vonjy Andriamanga n’était plus tenable et le président de la République a donc dû se séparer de lui après les multiples problèmes survenus dans les  secteurs sous sa responsabilité.   La Jirama et la pénurie d’essence ont mis à mal sa réputation de technocrate, et l’accumulation des critiques venues de tout bord  lui a été fatale. Son départ était logique car il était l’ultime fusible à faire sauter avant que l’opinion  ne se retourne contre le régime. Celui qui assure son intérim sait à quoi s’en tenir. Le poste est très sensible et il doit déployer des trésors  d’ingéniosité pour résoudre les difficultés auxquelles il sera confronté.  Cette mise à  l’écart entre dans le cadre d’un contexte  assez difficile à gérer par le régime. L’affaire de la ville nouvelle Tana-Masoandro  n’est pas tout à fait résolue quoiqu’en disent les promoteurs du projet.  Le guichet unique destiné aux indemnisations a commencé à fonctionner, mais il existe encore beaucoup de réfractaires à Ambohitrimanjaka qui sont  décidés à ne pas céder. Il y a aussi le cas des îles éparses qui préoccupe au plus haut point le régime. Ce dernier est obligé de rester ferme sur ses prétentions à récupérer ces îles, soutenues par une partie importante de l’opinion.  La Grande île subit dans le même temps une vague de chaleur qui écrase totalement ses habitants. La sécheresse rend encore plus problématique ces feux  de brousse qui  sévissent un peu partout. La pratique est criminelle, mais elle continue de détruire des dizaines de milliers d’hectares sans que ses auteurs soient punis .   Antananarivo se trouve plongée dans une brume qui  rend le temps maussade.

Cette semaine, l’actualité internationale  est dominée par la  flambée des contestations dans plusieurs pays du monde. Les populations n’ont plus confiance dans les  pouvoirs établis et défient les dirigeants politiques. Cette vague de manifestations avait déjà commencé à Hongkong au mois de septembre. La  situation s’est un  peu calmée depuis, mais le mouvement n’a pas désarmé devant les autorités. Le Liban est le siège d’une révolte qui ne dit pas son nom. Des millions de Libanais sont descendus dans les rues  pour demander la démission du gouvernement. Ils ont constitué une immense chaîne humaine qui a impressionné les observateurs. Les miliciens du  parti Hezbollah ont essayé de les intimider, mais ils sont restés fermes dans leurs convictions. Le président libanais a annoncé  la démission du Premier ministre, mais cela n’a pas tempéré la ferveur de la rue.

Le Chili est en ébullition. Le pays est le siège de manifestations que l’on n’avait plus  vu depuis les  années 70. Les Chiliens sont décidés à faire partir leurs  dirigeants qu’ils accusent de corruption.  Les heurts avec les forces de l’ordre n’ont pas empêché la détermination des manifestants.

En Haïti, l’extrême pauvreté est à l’origine de la révolte de la population. Ils sont des dizaines de milliers à  être descendus dans les rues pour demander de la nourriture. La répression des forces de l’ordre a fait de nombreux blessés. Actuellement, la grève  est générale.

La nouvelle la plus importante de la semaine est la confirmation de la mort du chef de Daech, Abou  Bakar Al  Baghdadi lors d’un raid mené par les forces spéciales américaines en Syrie. Les images de l’attaque ont été largement diffusées. L’organisation a reconnu que son chef avait été tué et elle a annoncé le nom de son successeur  et  qu’il serait vengé.

Le malaise qui existe actuellement est diffus. Un fusible a  sauté, mais le problème dans le secteur de l’énergie reste. Les solutions doivent être trouvées à plus ou moins brève échéance. La gestion du quotidien va encore être le principal du nouveau ministre.  Pour le régime, « tout  ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ».

Patrice RABE

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.