Le retour de la solidarité et de l’unité dans la société malgache

(Midirama) Ce mois d’état d’urgence sanitaire et de confinement s’est écoulé sans poser trop de problèmes aux habitants de la Grande Île. Avec l’épée de Damoclès du coronavirus sur leurs têtes, les Malgaches ont consenti bon gré mal gré à suivre les règles rigoureuses imposées par les autorités. Les efforts déployés par le pouvoir pour lutter contre l’épidémie ont quand même porté leurs fruits. Avec 117 cas confirmés, dont 84 toujours actifs, et 33 personnes guéries, les équipes médicales du Centre de Commandement opérationnel covid-19 d’Ivato peuvent se féliciter de la manière dont elles ont dirigé les opérations. Mais ce bilan qui paraît satisfaisant ne suffit pas à dire que la pandémie est jugulée. Les dépistages continuent et les chiffres vont certainement partir à la hausse dans les jours à venir. Le virus se propage, la dissémination du virus se faisant dans des endroits où sont passées des personnes contaminées. Les cas contacts se multiplient et les épidémiologistes affirment que le pic de l’épidémie ne sera atteint que dans un mois. Il va donc falloir ne pas relâcher les efforts et suivre scrupuleusement les directives des autorités. La deuxième période de confinement se termine aujourd’hui mais un nouvel état d’urgence sanitaire a été décrété par le Conseil des ministres d’hier, pour quinze jour supplémentaires à compter du 17 avril 2020. On attend l’annonce du chef de l’Etat demain pour être fixé sur la suite des événements. Mais les spécialistes affirment que le déconfinement n’aura pas lieu car la lutte contre la covid-19 doit s’intensifier. Le chef de l’Etat est en train de soupeser une décision qui sera lourde de conséquences. Les Malgaches se sont bien adaptés au rythme de vie imposé depuis bientôt un mois. Les autorités ont dû composer avec les citoyens qui ont préféré adopter un confinement partiel. C’est à partir de midi qu’ils restent confinés chez eux. Le port du masque et le respect des mesures barrières sont de mieux en mieux respectés. L’avenir est encore incertain malgré la stratégie élaborée par le chef de l’Etat et le gouvernement. L’inquiétude gagne toutes les couches de la société. Le ralentissement de l’économie est bien là et avec lui surviennent les difficultés sociales. Tout le monde attend le plan de relance qui va permettre le redémarrage de l’économie.

Madagascar n’est qu’une nation parmi tant d’autres qui subissent les assauts du coronavirus. Les plus puissantes sont ébranlées par cette pandémie. Les États-Unis sont aujourd’hui les plus touchés avec 650 000 cas confirmés et plus de 36 000 morts. L’Italie, la France, le Royaume-Uni et l’Espagne suivent d’assez près. La Chine, qui avait annoncé la fin de la pandémie chez elle, connaît une vague de nouvelles contaminations. Le président Donald Trump ne décolère pas contre cette dernière la Chine et l’OMS. Cette dernière est accusée d’avoir favorisé l’Empire du milieu dans cette crise du coronavirus. Le résultat est la suspension de la quote-part des États-Unis dans le budget de l’organisation.

En France, le régime est critiqué de toutes parts pour sa gestion de la lutte contre la covid-19. Plusieurs dossiers à charge ont été publiés dans la presse, montrant l’impréparation du pouvoir depuis le début de l’année. Cependant, le président Emmanuel Macron et son gouvernement font face et prennent les décisions qu’ils estiment appropriées pour mettre fin à l’épidémie. Le pic de la pandémie semble atteint car les nombre de décès s’est stabilisé. La stratégie de l’après-crise est en train d’être élaborée. La reconstruction de l’économie va prendre du temps. 

Madagascar est à un tournant de son histoire. Cette crise qu’elle est en train de vivre va peut-être lui permettre de repartir sur de nouvelles bases. La société malgache paraît avoir retrouvé le sens de la solidarité et de l’unité. Elle est maintenant tendue vers un seul objectif : mettre fin à l’épidémie de la maladie à coronavirus 2019. 

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

5 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Bla bla bla – toujours le pays le plus pauvre de la planète la population creve la dalle 😈😈😈😈😈😨😥

  2. J’étais pro-RATSIRAKA à 1000 % parcequ’il avait fait trembler la France . Mais quand j’ai vu qu’il avait choisi LA FRANCE pour se soigner après son régne ,au lieu d’aller à Moscou ou en Corée du Nord ,alors là ,j’ai vu que j’étais un con .N’oublie pas que RATSIRAKA est à moitié CHINOIS par sa mère.

  3. Le Président Ratsiraka est raisonable,et patriote. Pas du tout Ingahindriana Ravalomanana!

  4. Dans tous les pays du monde les gouvernements sont critiqués pour la gestion de la crise … la France n’est pas une exception et Madagascar ne l’est pas non plus en lisant les commentaires sur internet ,,, Croyez vous que cette crise va changer la société malgache ? Je ne le pense pas … déjà au niveau de la distribution du riz il se fait dans des endroits et selon des normes qui posent des questions … je pense moi personnellement que cette crise accroît les inégalités entre les diverses populations

  5. Bonjour,
    « La société malgache paraît avoir retrouvé le sens de la solidarité et de l’unité. »
    Espérons mais permettez-moi d’être sceptique. L’après Covid-19 sera à l’image de ce qui se passe maintenant. Deux poids, deux mesures (selon l’expression consacrée mais on peut choisir un chiffre autre que deux.)
    Voici quelques questions que je me pose encore et encore;
    1. Quand ceux qui gouvernent vont comprendre que les malagasy ont voté pour le président du pays mais pas pour le président de la capitale ? celui-là, on l’appelle le maire.
    2. Le gouvernement constitué est le gouvernement de tout le pays donc, doit s’occuper de tout le peuple.
    3. Quand est-ce qu’on va arrêter de prendre tout un peuple pour ce qu’il n’est pas ? c-à-d des moutons.
    4. Comprenez que tout être humain est doté de cinq sens, enfin, 6 pour certaines. Grâce à ces sens, qui qu’il soit, peut, en fin de processus, vous juger et prendre des décisions (à tort ou à raison).
    5. Ne vous plaignez pas le jour où les laissés-pour-compte viendront vous demander des comptes. Ce jour –là, vous allez enfin comprendre, qu’ils sont aussi et tout simplement des ÊTRES HUMAINS.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.