Des problèmes socioéconomiques sur fond de Covid-19

L’épidémie de  Covid-19 reste toujours en toile de fond d’une actualité qui ne prête vraiment pas à sourire. D’une semaine à l’autre, les sujets de préoccupation  ne donnent  aucun  répit  au peuple laborieux. La crise sanitaire est de plus en plus aiguë, le coronavirus continuant de contaminer de plus en plus de monde. Le nombre croissant de cas de contaminations prouve que le virus se répand à une vitesse exponentielle et  de manière insidieuse. Tout le monde est conscient du danger et a bien intégré   les recommandations faites pour se prémunir contre le fléau , mais la propagation ne s’arrête pas ou elle est au moins freinée. L’organisation mise en place est efficiente, mais elle ne suffit pas à endiguer la progression de l’épidémie. L’on apprend que le système des nations unies à Madagascar a lancé un appel d’urgence pour un montant de 82, 26 millions de dollars pour permettre aux acteurs de la lutte contre le Covid- 19 de contribuer aux besoins les plus urgents pour sauver des vies, et  pour contenir l’épidémie afin de limiter ses conséquences  socio-économiques désastreuses. C’est donc une crise économique sans précédent qui va suivre. On envisage avec  effroi son impact sur une population  déjà très pauvre. Les opérateurs  privés ne cessent de réclamer un plan d’urgence pour redresser la situation.L’État est en train de bien peser les décisions qu’il va prendre et a reculé la date de la rencontre prévue se tenir avant-hier. La vie politique continue et les deux assemblées siègent sans discontinuer. Les face-à-face entre parlementaires et le gouvernement  permettent d’apprécier l’intensité des débats. La situation est en train de se tendre au niveau de la CUA où le conseil municipal est  très divisé. Une opposition  est en train de se manifester et élève la voix. L’équipe à la tête de la mairie a décidé de démolir tous les box installés à Analakely  et ayant contracté avec  l’ancienne administration . C’est  un véritable tollé qui a accueilli  la mise en action des équipes de la police municipale et des engins de démolition qui ont détruit tous ces magasins installés sur  les trottoirs. Les victimes qui  disposaient d’un contrat en bonne et due forme ont eu beau protester. Rien n’y a fait. Ils vont ester en justice.

Aux Etats-Unis, l’épidémie de  Covid- 19 est toujours aussi préoccupante. Le virus se répand  très vite. Le nombre de décès quotidiens est reparti à la hausse. Mais c’est  le comportement de Donald Trump qui focalise plus que jamais  l’attention. L’opinion est de plus en plus  critique à son égard. Ses  positions très virulentes  vis à vis des Américains ayant participé aux manifestations de soutien à Georges Floyd, ont  braqué la majorité des médias. Certains de ceux qui  avaient voté pour lui sont en train de réviser leur jugement. Il a maintenant décidé de sanctionner les membres de la Cour Pénal International accusée de s’intéresser aux exactions commises  par les Américains en Afghanistan, et  de poursuivre  Israël pour son comportement en Cisjordanie. La toute dernière bévue du président américain est la demande formulée  à CNN de retirer  un sondage le donnant  perdant à l’élection présidentielle. La chaîne lui a d’ailleurs vertement répondu.

En France, le  déconfinement continue et il est presque total. La population a retrouvé le goût de la liberté. La vie a repris son cours presque normal. Les commerces , les restaurants et les bars ont  rouvert, mais les mesures barrières sont plus que jamais appliquées. L’épidémie semble maîtrisée.

A Madagascar, trois mois après le début du confinement, l’épidémie n’est pas  maîtrisée. On s’aperçoit qu’on est encore loin du compte. Le nombre de cas contaminés avoisine la quarantaine tous les jours. Les décès s’élèvent à dix. Mais l’on se dirige vers un déconfinement plus large, la population étant appelée à être responsable et  à faire preuve de discipline. Les mesures de précaution rappelées régulièrement semblent avoir été intégrées par tous. C’est aux problèmes socio-économiques que l’on va maintenant devoir s’attaquer.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Article intéressant. Je vous remercie.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.