Une semaine tumultueuse

La semaine écoulée nous a déversé son lot de scandales politico-judiciaires, quand ce n’est pas le fait des uns, c’est celui des autres et le peuple s’en amuse faute de pouvoir empêcher ces délits déjà accomplis. Dans cet ensemble d’intrigues (Machinations secrètes ou déloyales pour obtenir quelques avantages ou pour nuire à quelqu’un). Il est à noter qu’une acquisition de matériels informatiques pour le compte du CCO (Centre de Commandement Opérationnel Covid-19) a été faite dans des conditions peu orthodoxes et comme réponse du berger à la bergère (comme par hasard) l’on a procédé à la mise sous scellée de Magro par les services fiscaux pour motif de non-paiement d’impôts très élevés pour ne pas dire faramineux.

Mais par-dessus ces scandales vole toujours la pandémie du coronavirus, les statistiques tendent vers une décroissance des nouveaux cas ainsi que des malades en traitement et inversement l’augmentation des guéris, mais bien que d’un niveau bas il y a toujours des cas de décès. Faut-il alors déclarer qu’on est désormais sorti de la zone dangereuse ? S’il s’avère qu’on le soit, des cas similaires en Europe montrent que, malgré les gros moyens mis en œuvre, on n’a pas encore terrassé entièrement cette maladie, bien au contraire, on redoute aujourd’hui un regain de vigueur de sa part, qui peut être aussi fatale que ce qu’on a vu auparavant. En attendant, les séquelles économiques sont très douloureuses pour la population qui franchit malgré elle, les garde- barrières sanitaires et sécuritaires pour ne pas à en pâtir davantage. Les autorités se démènent comme elles peuvent jusqu’à participer au recensement des nécessiteux dans les quartiers populeux dans l’objectif d’octroyer les aides le plus équitablement possible faute de ne pas pouvoir le faire le plus égalitairement. La grande question est maintenant de se demander de la décision que va prendre l’Exécutif lors de l’habituel communiqué de fin de quinzaine. Va-t-on démanteler le système de confinement, l’alléger ou le durcir surtout pour la région d’Analamanga ? La réponse sera donnée dimanche dans la soirée mais sûrement elle sera moins attendue que la retransmission de la finale de la Ligue des champions opposant le PSG et le Bayern de Munich. Que voulez-vous ? « Du pain et des jeux et le peuple sera content, il suivra aveuglément les lois des seigneurs dieux »

Ailleurs, en Afrique en particulier, ce coup d’Etat militaire (appelons-le par son nom) au Mali, sonne comme un air de déjà entendu et vu. Un président élu démocratiquement obligé de se démettre sous la menace des armes semble être un fait coutumier pour ces nations étiquetées, non sans raison, de républiques bananières. René Dumont déjà en 1962 avait dit que « L’Afrique noire est mal partie… » Mais sait-elle au moins où elle veut aller ? Mais ne dites pas surtout comme Nicolas Sarkozy, qu’elle n’est pas encore entrée dans l’Histoire. Les exemples tanzaniens, mauriciens, éthiopiens nous montrent que la pauvreté n’est pas une fatalité comme l’instabilité des institutions d’ailleurs.

Enfin, une dernière note d’espérance, cette semaine a vu aussi un mini remaniement du gouvernement malgache, les nouveaux recrus font état de pédigrée à faire pâlir plus d’un, souhaitons qu’ils fassent bon usage de leurs nouvelles prérogatives, c’est tout ce qu’on leur demande.
M.Ranarivao

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.