MIDIRAMA : Barea ! Barea !

Sans conteste, la semaine qui se termine a été celle du football à Madagascar. L’occasion a été trop belle pour s’extérioriser pour beaucoup et Toamasina a été pour un jour le pôle d’attraction de l’île. L’engouement est tel que le contenu technique de ce match des Barea contre les Eléphants de la Côte d’Ivoire importait peu, seul le résultat final comptait. Un match « nul » pour nos joueurs mais pourvu qu’on ait eu « l’ivresse » nous suffisait. La bière coulait à flots dans les « Fan Zone » et elles étaient d’ailleurs créées dans ce but. Des moments de liesse qui ont laissé libre cours à toutes les insouciances faisant fi aux moindres gestes barrières sanitaires pourtant rappelés ici et là, mais inconsciemment l’on se disait « Après tout, après nous, le déluge ! »

Et dans la suite logique du « Des jeux et du pain » pour distraire le peuple, le moment était propice, dans une telle situation d’enchantement, pour le pouvoir d’instiller, d’étaler ses réalisations faites au grand dam des sujets qui gênent comme celui toujours latent du Kere dans le Sud. Les pluies de ces derniers jours auraient pu y être salvatrices, mais la sécheresse était telle que les semences ont remplacé depuis longtemps l’ordinaire dans les assiettes. En plus, la grêle, comble de malheur, il y en avait trop surtout sur les Hautes Terres, handicapant ainsi les récoltes fruitières et maraîchères futures. Un autre fait saillant de la semaine a fait de l’ombre aux Barea puisqu’il a fait le « Buzz » comme on dit sur les réseaux sociaux. Les internautes comme les assidus des autres médias se sont vraiment amusés, pour certains, et indignés, pour d’autres, de ce pugilat, une vraie démonstration de techniques guerrières, entre deux personnalités publiques se déroulant à Ambilobe, dans le Nord-ouest de Madagascar. Une vidéo a relaté en direct ce « full contact » et le vidéaste n’a qu’à bien se terrer car comme acte de déstabilisation, on n’en fait pas plus.

Enfin, le comble du ridicule ne nous est pas exclusif, comme ces présidentielles made in USA, dont les résultats officiels traînent les pattes pour être proclamés. Le pays le plus « High Tech » du globe est encore au stade de recomptage des voix, nos électeurs de Midongy du sud ou de Kandreho, doivent se taper le ventre de rire car ils ne sont pas les seuls damnés de la sphère démocratique de la Terre.

Le grand Nicolas, pas Machiavel mais Sarkozy, disait que le continent africain n’est pas encore entré dans l’Histoire. Alors que dire, à ce propos des Etats-Unis : « Ils doivent y entrer à rebours !».

Une autre bataille de type médiéval, vient de s’achever, celle du Haut Karabach. Ce territoire faisant partie de l’Azerbezian où une population à majorité d’origine arménienne fait l’objet de chasse à l’homme sous l’éternel prétexte de couver des menaces de sédition vis-à-vis de Bakou, la capitale.

Comme toujours, les faits historiques reviennent au galop, la Turquie, vestige de l’empire Ottoman, n’a pas manqué de s’y mêler et d’imposer une paix dont les conditions n’échappent à personne. Vladimir Poutine, un autre nostalgique, sans le dire, de la Grande URSS, n’a pas manqué de faire remarquer que si la « Grande Russie » (versus Hélène Carrère d’Encausse) était encore là, cette bataille n’aurait pas eu lieu.

Enfin, cette année 2020, sans faste locale ni internationale, commence à tirer les rideaux de la scène de la planète Terre. Et les éventuels vaccins récemment révélés, d’où qu’ils viennent, ne vont que redonner à tout le monde du baume au cœur et même de dire que le génie humain existe bel et bien.

M.Ranarivao

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.