La mort d’une icône du football éclipse la Covid-19

L’hommage a été unanime. La nouvelle de la disparition de Diego Maradona a ému toutes les franges de la société et a été ressentie par le monde sportif comme une perte immense. Les qualificatifs employés par ses admirateurs sont dithyrambiques et à la mesure du talent et des qualités humaines  de cet homme râblé et d’une vivacité extraordinaire. Le sportif est inégalable et loué par les plus grands comme Pelé, Messi ou Zidane. Il était l’homme de tous les excès. On se souviendra du footballeur de génie, mais aussi de l’habitué des cures de désintoxication. La ferveur manifestée par les supporters argentins lors de l’exposition de son corps au palais présidentiel a été sans commune mesure et il est célébré aujourd’hui comme un héros. L’événement a marqué fortement cette semaine où l’épidémie de Covid-19 continue d’occuper les esprits. Les mesures prises par les gouvernements occidentaux sont mieux élaborées qu’auparavant. Il n’y a plus de confinement strict, mais  des  aménagements au protocole sanitaire.  L’économie est remise sur les rails, mais dans certains secteurs, des restrictions d’activité ont été imposées. C’est le cas des bars et des restaurants dont les propriétaires s’estiment lésés. L’espoir suscité par l’arrivée prochaine des vaccins anti Covid-19 est très fort, mais les professionnels de santé tempèrent l’enthousiasme du public car la production en chaîne ne se fera pas dans l’immédiat.

Les résultats de l’élection américaine n’ont pas encore été proclamés officiellement, mais Joe Biden prend de plus en plus d’assurance et prépare son équipe à une installation rapide à la maison blanche. Donald Trump, même s’il ne concède pas sa défaite, a commencé à lâcher du lest. Le président chinois a adressé ses félicitations  au  candidat démocrate.

En Afrique, l’élection présidentielle qui a eu lieu au Burkina Faso s’est déroulée sans incidents. Le président sortant Roch Kaboré a été réélu confortablement.

A  Madagascar, il a suffi de l’annonce par la presse d’une prochaine commande de vaccins contre la Covid-19 prévue par le gouvernement pour que la controverse s’installe. Un budget était en effet prévu dans la LFI 2021 à cet effet. La porte-parole du gouvernement a par la suite affirmé qu’il n’était pas question d’acheter des doses de vaccin puisque nos remèdes traditionnels étaient suffisants pour l’instant.  L’incident est donc clos. Le pouvoir peut maintenant consacrer cet argent à d’autres tâches plus importantes comme la lutte contre le kere et la recherche de solutions pérennes pour le développement du Sud. Le bouleversement climatique engendre une sécheresse qui ne touche pas seulement cette région, mais commence à s’étendre à d’autres parties de notre pays. De grandes villes comme Fianarantsoa ou Antananarivo commencent à souffrir d’une grave pénurie d’eau, obligeant le ministère de l’Energie à trouver des solutions urgentes.  La population subit cette épreuve avec un certain stoïcisme mais elle presse ses dirigeants de la soulager de ces maux qu’elle a de plus en plus de mal à supporter.

La Covid-19 est toujours présente même si l’épidémie ne se propage pas avec la même intensité. Les unes des journaux l’ont remplacé un temps par la disparition d’une icône planétaire qui a dominé le football mondial, le temps de lui rendre un vibrant hommage. Cette actualité va cependant être très vite remplacée par d’autres événements  importants. Ainsi va la vie, ainsi se passe le déroulement de l’histoire humaine.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.