Le pays face à l’incertitude de l’avenir

La Covid-19 nous a tous éprouvés et elle nous a encore fait plus mal que nous ne le pensions. Nous avons souffert dans notre chair plus que de raison puisque l’épidémie a touché nombre d’entre nous et elle a causé la mort d’êtres qui nous étaient proches. Elle a détruit notre économie et le résultat est un véritable désastre. Le rapport de la Banque mondiale nous met face à notre immense pauvreté. Madagascar est en queue de peloton des pays les plus pauvres du monde. S’il faut le traduire en chiffres, 1,4 millions de personnes sont devenues extrêmement pauvres et vivent avec 1,2 dollar par jour. Aujourd’hui, nous sommes face à cette réalité, mais c’est avec d’autant plus de détermination qu’il faut remonter la pente. Les aides de nos partenaires sont là pour amoindrir cette misère. Elles s’élèvent à des centaines de millions de dollars, mais il ne s’agit que d’une partie de nos besoins financiers. C’est vers le sud que cet argent va être dirigé. Les Malgaches ne pensent pas trop, à cette situation peu reluisante et comme d’habitude, ils affrontent courageusement les problèmes auxquels ils sont confrontés. La lutte pour la survie reste leur préoccupation. Néanmoins, ils essaient de se sortir la tête hors de l’eau et ils se préparent à fêter cette fin d’année 2020 du mieux possible. Ils supportent tant bien que mal la cohue et les bousculades de la ville. En ce moment, Antaninarenina, Analakely, Anosy et Mahamasina ont retrouvé leurs décorations et leurs lumières de fête pour faire rêver les habitants de la capitale. Pendant ce temps, les députés et les sénateurs terminent leur session parlementaire. Ils ont voté la LFI. Le gouvernement a été étrillé par les députés qui lui ont fait part de toutes les remontrances de la population. Cependant, tout le monde s’accorde pour dire que cela ne perturbera pas le pouvoir qui, par le biais de son premier ministre, a répondu avec un certain calme aux remontrances faites par les élus.

Sur le plan international, l’actualité reste toujours dominée par la situation de la pandémie de Covid-19. Cette dernière est peu reluisante, les contaminations ayant repris de plus belle. Presque tous les pays connaissent une remontée du taux de contaminations. Les confinements sont revenus en Allemagne, en Espagne, au Royaume-Uni, au Canada ou dans certains Etats des USA. Les citoyens attendent avec une crainte mêlée d’impatience les vaccinations. Au Royaume-Uni et aux Etats Unis, la campagne a démarré. Ce n’est pas encore le cas en France où les premières vaccinations auront lieu à partir du 27 décembre.

Dans ce contexte, l’annonce de la contamination du président Emmanuel Macron a suscité un certain émoi. Mais le calme est très vite revenu après les premières interrogations sur l’état de santé du chef de l’État. Mis à l’isolement, il continue à assumer ses fonctions. Cette situation l’a certainement rapproché de ses concitoyens qui se sont aperçus qu’il est aussi vulnérable qu’eux. Il est très bien soigné et il devrait se rétablir rapidement.

A une dizaine de jours de la fin de l’année, Madagascar vit tant bien que mal son retour à une situation dite normale. L’accalmie sur le front de la Covid-19 est réelle, mais le virus circule toujours. Le pays s’apprête à aborder le tournant de 2021 avec une certaine appréhension. La chute a été spectaculaire et la remontée sera d’autant plus difficile à opérer.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Toujours les mêmes mots, les mêmes lamentations, les mêmes espoirs, les mêmes constatations, le mêmes hypocrisies: je vois annonces de réveillon à 150.000Ar !! Donc il y en a encore de l’argent a dépenser mais pas pour le Sud, pour Tana oui !!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.