Une nouvelle page de l’histoire américaine s’écrit

Pour les Malgaches, les semaines se suivent et se ressemblent dans leur vie quotidienne. Il n’y a aucune embellie dans leur vie quotidienne et ils ont même l’impression que tout va de mal en pis. Tout concorde pour leur donner le sentiment que le pays est en train de s’enfoncer dans une crise dont il sera difficile de sortir. La hausse incessante des prix des produits de première nécessité, les problèmes de la jirama qui n’arrive pas à satisfaire les besoins des consommateurs, la persistance du malaise créé par cette affaire des 73,5 kilos de lingots d’or interceptés en Afrique du sud, les menaces de grève dans le milieu estudiantin et à l’ACM sont autant d’événements qui créent un climat malsain pouvant se muer en explosion si rien n’est fait pour calmer la tension actuelle. Il y a bien évidemment la résurgence de l’épidémie de Covid-19 qui, même si l’on ne le dit pas officiellement, commence à faire des ravages. La prise de mesures par les autorités est une réaction salutaire, mais leur efficacité ne peut être assurée que si toute la population est consciente du danger qui plane sur elle. Une campagne d’information a débuté, mais elle devrait se renforcer au fur et à mesure. Le pays a entamé sa saison cyclonique avec l’entrée dans le nord de l’île de la tempête tropicale Eloïse. Cette dépression a amené beaucoup de précipitations et a entraîné la crue de nombreux cours d’eau, mais les dégâts n’ont pas été aussi importants qu’on le craignait. Le BNGRC , dans son bilan provisoire, parle d’un mort et de 2 800 sinistrés. Cela fut un mal pour un bien puisque le sud de Madagascar a pu bénéficier de ses premières pluies. Ces ondées salvatrices ont accompagné le début de la campagne de reboisement inaugurée par le chef de l’État dans la région Anosy. Malgré cela, le kere dont souffrent 1,3 millions de personnes malnutries doit être combattu de manière résolue. Des vivres et compléments alimentaires sont livrés de manière régulière à la population.

Sur le plan international, c’est l’investiture du président Joe Biden qui a marqué cette semaine. Le suspense entretenu autour de cet événement s’est dissipé petit à petit, l’attitude de l’ancien locataire de la maison blanche ayant été finalement conforme au comportement normal d’un ancien président. Il a mis en scène son départ de la maison blanche et a utilisé une dernière fois le Air Force One pour se rendre en Floride dans la luxueuse propriété où il va désormais résider. Son arrivée sur place a eu lieu devant une centaine de ses supporters. Ces derniers moments de la présidence de Donald Trump ont très vite laissé la place à l’émotion de la cérémonie de prestation de serment du 46ème président des Etats-Unis et de sa vice-présidente. Le monde entier avait les yeux braqués sur cette intronisation. Le discours du nouveau président fut d’une très haute tenue, appelant à l’unité du peuple américain et insistant sur sa volonté de travailler aussi dur pour ceux qui l’ont élu que pour ceux qui n’ont pas voté pour lui. Il s’est tout de suite mis au travail et a signé toute une série de décrets pour les premières mesures urgentes de sa présidence.

Cet événement a quelque peu éclipsé le problème de la Covid-19 qui continue sa progression dans tous les pays du monde. Les Etats-Unis restent le pays le plus touché, le Brésil et les pays du continent américain ainsi que l’Inde les suivent de très près et ce malgré l’accélération des campagnes de vaccination .

A la fin de cette semaine, le monde reste toujours préoccupé par la pandémie de Covid-19 mais une nouvelle page de l’histoire américaine est en train de s’écrire avec l’arrivée à la maison blanche du président Joe Biden. Le cours des événements va s’accélérer après l’épisode pittoresque de la présidence de Donald Trump. Madagascar va pouvoir profiter de ce climat plus apaisé .

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.