Le recours à la vaccination envisagé

L’accélération de la propagation du virus de la Covid-19  et l’avis de l’académie de  médecine  ont fini par faire vaciller les convictions du président de la République. Engoncé dans la certitude que le Covid organics et le CVO+ étaient suffisants pour contenir cette deuxième vague, le chef de  l’Etat ne voulait pas envisager le recours à la vaccination. Malgré les nombreuses voix qui s’étaient élevées auparavant pour ne pas l’écarter, la décision de le faire a été prise après une rencontre avec les membres du bureau de  l’académie de médecine au Palais d’Iavoloha avant  hier soir. Le protocole proposé  par ces derniers  donne toutes les garanties nécessaires pour préserver la population.  Maintenant que les blocages ont été levés, il faut maintenant passer à la réalisation des propositions qui ont été faites. Il ne sera pas facile d’appliquer le programme car il faudra mettre en place une organisation efficace. Ce n’est certainement pas le député Roland Ratsiraka qui critiquera cette décision, lui qui n’a cessé de réclamer à cor et à cri le vaccin. Avant-hier  encore, il ne ménageait pas ses critiques envers le pouvoir et blâmait son refus d’y avoir recours. Une partie de la population ne comprenait pas cette obstination du pouvoir qui montrait sa réticence et disait   que ce n’était pas la panacée. A présent, que les obstacles sont levés, il ne reste plus qu’à attendre que le cours des choses suive  son déroulement normal. On sait que c’est sur la base du volontariat que sera administré le vaccin.  Dans le contexte actuel, c’est un recours  très utile,  , l’épidémie faisant énormément de ravages. Les autres mesures prises par le pouvoir ne sont  cependant pas à négliger.  Les précautions sanitaires se multiplient dans tout Madagascar. Le blocage de  la région Boeny et de celle  de  Nosy Be est effectif .  L’attention de tous se focalise sur la situation sanitaire, mais les élections des représentants de l’Assemblée Nationale, du Sénat et du CSM à la HCC, cette semaine,  revêtent  aussi une certaine importance.

Sur le plan international, c’est  toujours la lutte contre la pandémie qui  est au  centre des préoccupations des dirigeants de ce monde. La propagation du virus est alarmante. Et elle est d’autant plus grave qu’elle est causée par des variants  plus nocifs que le virus originel. Les campagnes de vaccination continuent, mais elles se ralentissent parfois à cause d’un  problème de désorganisation  dans la livraison des vaccins. En France,  les  habitants ne savent plus à quel saint se vouer, les  prises de décision des dirigeants variant  d’un jour à l’autre.  Le confinement est appliqué dans certaines régions, mais la majorité des départements y échappe. L’Allemagne a décrété que  la France était  un pays à haut risque.

Les relations internationales ont  continué à évoluer depuis l’élection de Joe Biden  à la présidence américaine. Les Etats-Unis ont établi une nouvelle alliance avec les pays  voisins de la Chine. Le sommet qui s’est tenu récemment en Alaska entre des délégations américaine et chinoise a montré qu’une nouvelle configuration est en train de se dessiner. Le face-à-face a été tendu, les Américains ne ménageant pas leurs interlocuteurs. Le ministre des Affaires étrangères chinois a dit que l’Amérique de Biden, c’était « les sanctions plus les droits de l’homme ».

C’est maintenant la lutte contre l’épidémie de Covid-19 qui est au centre des préoccupations des Malgaches.  L’effet du virus est foudroyant et le nombre de contaminations  laisse présager que la crise sera plus sévère que celle de  l’année dernière. Le recours à la vaccination est peut-être une solution permettant  d’endiguer la progression de l’épidémie. Cependant, l’on ne le saura que  quand  elle  commencera à être appliquée. En attendant, c’est  la vigilance qui est de mise.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. CQFD. Tout est dit. La raison triomphe de la déraison. Enfin …

  2. Le vaccin , rien que le vaccin et toujours le vaccin . Surtout avec les vaccins ARN le génie humain a fait la démonstration que la science est formidable . Une prouesse technologique inouïe car généralement l’OMS préconise 9 à 14 ans pour la fabrication d’un vaccin . Bien d’épidémies ayant causés des millions de morts comme la variole ont été vaincues avec le vaccin . Pour le covid 19 et les variants la balance bénéfices/ risques est en faveur du vaccin . Le cas du vaccin Astrazeneca est anecdotique . Comme avec les autres avancées et innovations Médicales la défiance existera toujours chez les paranoïaques , les complotistes et les incultes .Il n’y a que le vaccin qui permettra à l’humanité d’acquérir l’immunité collective pour endiguer la circulation virale partout . Le passeport vaccinal aura donc tout son sens . Les esprits chagrins sur le CVO devraient ranger leur amour propre déplacé pour une et unique explication : non reconnaissance scientifique de son efficacité . Point barre !

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.