Un parfum de campagne présidentielle

Le président de la République a déjà les yeux fixés sur la présidentielle de 2023 et il prend les devants, en se déplaçant dans les provinces. Si on en doutait, les bains de foule qu’il prend et la présentation des réalisations du pouvoir ont un parfum de campagne présidentielle. La machine qu’il a mise en branle est bien huilée, et l’objectif est de convaincre les Malgaches que le chef de l’État travaille et qu’il est prêt à rempiler. Toute cette propagande qui ne dit pas son nom n’efface cependant pas les soucis et les tracas endurés par la population dans sa vie quotidienne. La crise traversée par le pays a laissé des traces. Le coût de la vie est toujours aussi élevé et l’arrivée de cargaisons de PPN importés par la société SPM n’a pas encore eu l’effet escompté. C’est sur le plan sanitaire que l’on peut se réjouir ou, du moins, être rassuré. La Covid-19 ne se propage plus comme elle le faisait avant. Les autorités semblent bien maîtriser la situation. Cependant, elles restent encore très prudentes et continuent de prendre toutes les précautions pour empêcher l’apparition d’une nouvelle vague de contaminations. La réouverture des frontières, annoncée pour ce mois d’octobre, se fait attendre. Cette semaine devait être celle du rachat des Barea qui continuaient leurs matches éliminatoires de qualification à la Coupe du monde 2022. Ce fut celle de la déconvenue à Kinshasa où l’équipe nationale fut défaite. Les poulains d’Eric Rabesandratana ont été jugés trop tendres face à ces Léopards qui, au dire de tout le monde, ont été aidés par un arbitrage complaisant. On peut également affirmer que les conditions de préparation de nos footballeurs ne furent pas non plus idéales tant sur le plan physique que psychologique. Les controverses au sein de la fédération n’ont certainement pas eu le meilleur effet sur le moral des Barea. Les supporteurs malgaches attendent une réaction positive de la part de leur équipe, demain à Mahamasina. Cette semaine, le monde de la presse a été le siège d’une contestation très forte d’une grande partie de ses membres qui se sont élevés contre l’organisation de l’élection de l’OJM, organisée par le ministère de la Culture et de la communication. Les journalistes refusent ce qu’ils appellent une mainmise de ce ministère sur cette élection.

Sur le plan international, c’est la situation politique en mer de Chine qui préoccupe les médias internationaux. La tension qui règne entre la Chine et Taiwan inquiète au plus haut point les diplomates occidentaux. Les Chinois considèrent l’île comme faisant partie intégrante de leur territoire et ne cachent pas leur envie de mettre au pas le régime en place. Ce dernier ne l’entend pas de cette oreille et décide de résister aux multiples provocations militaires de son puissant voisin. Des centaines d’incursions d’aéronefs chinois ont eu lieu dans l’espace aérien de ce petit pays. Les Américains suivent de très près la situation et ont envoyé des navires dans la région. Le fragile équilibre qui existe peut se rompre à tout moment et des analystes affirment qu’une guerre peut se déclencher dans la région si on n’y prend pas garde.

La réouverture des frontières malgaches est attendue avec impatience par de nombreux Malgaches. On n’en prend pas pour l’instant le chemin. Les autorités veulent y procéder de la manière la plus sûre et multiplient les mesures pour que cela se passe dans les meilleures conditions. L‘attente est longue, mais la protection des citoyens est à ce prix. C’est le président de la République qui doit décider en dernier ressort. Mais il semble prendre son temps. Pour le moment, il se consacre à ses déplacements en province, un périple qui a un parfum de campagne présidentielle.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Ne serait-ce pas une histoire de tonalité ?
    Il y a celle des visiteurs et celle des hôtes.
    Dans un pays où les moindres festivités trouvent un accent de bonhomie et offrent une musique amplifiée, une coloration mode patchworks, une bonne dose de breuvages…
    Allez savoir si parfum de campagne et parfum de bringue ne se présentent pas en mixture ?

    La semaine restera à priori marquée par l’épisode des journalistes à la recherche de leur ordre dans une caricature en ordre dispersé et Au parfum bien générique.
    Et puis par l’orgueil retrouvé par les Barea !
    Et en toile de fond : la chienlit.

  2. La réouverture des frontières …ou le [rubicon] Malagasy : Andry Rajoelina joue gros (Économie # santé publique) . Que dit l’opposition ???
    Serait-elle atteinte de soudain mutisme ? Il est plus qu’urgent d’attendre ! N’est-ce pas ?

Poster un commentaire