Fraudes électorales: Maka Alphonse réclame une enquête pénale



Jacaranda

Après certains candidats et des simples citoyens qui ont dénoncé l’existence d’irrégularités lors du premier tour de l’élection présidentielle, ce fut au tour du membre du Congrès de la Transition venant de la partie Sud de la Grande Ile, Maka Alphonse de monter au créneau hier pour confirmer, avec des exemples à l’appui, les fraudes électorales perpétrées dans le District d’Amboasary Atsimo. Au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue hier à Tsimbazaza, ce parlementaire a cité le cas de trois communes rurales dans ledit district où un écart flagrant entre le nombre d’électeurs inscrits et le nombre des votants a été constaté. Notamment, dans la Commune d’Ebelo, où le nombre d’électeurs (3 896) est considérablement inférieur au nombre de votants (9 089) ; même topo pour la Commune de Tsivory où 4 139 électeurs sont inscrits dans la liste pourtant l’on a enregistré 8 692 votants. Par contre, pour ce qui est de la Commune d’Ifotaka, le nombre d’électeurs est de 7 303 tandis que le nombre de votants est de 7 301. « Ce n’est pas normal que deux électeurs seulement ne se sont pas rendus aux urnes dans cette commune », a soutenu le membre du Congrès de  la Transition.

Falsification. Maka Alphonse estime en effet qu’un candidat a profité de la situation d’insécurité qui règne dans cette localité pour perpétrer des fraudes. Selon ses explications, les membres du Centre de Recensement Matériel de Vote (CRMV) expliquent ces énormes décalages par des « erreurs matériels ». Pourtant, lors des précédentes élections, des cas similaires ont déjà été constatés notamment dans la Commune Maromby. Pour ce candidat aux élections législatives dans le District d’Amboasary Atsimo « c’est tout simplement une affaire de falsification de procès verbaux avec la complicité des membres des bureaux de vote ». D’autant plus que selon ses dires, aucun observateur électoral aussi bien national qu’international n’était présent dans ledit district lors du scrutin du 25 octobre. Afin d’éclaircir cette affaire et de punir les auteurs des fraudes, Maka Alphonse réclame l’ouverture d’une enquête pénale. Il a également noté que l’insécurité a eu des répercussions sur le bon déroulement de l’élection dans cette partie Sud de la Grande Ile.

Davis R

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.