Rencontre CENI-T – Gouvernement – CT : Non à l’ingérence des politiciens dans l’organisation des élections



Jacaranda

Les membres du Congrès de la Transition n’ont pas mâché leurs mots pour dénoncer le laxisme de la CENI-T face aux anomalies sur la liste électorale

Mis à part l’équipe de la CENI-T dirigée par son Vice-président, Ralaiariliva Ndrina Mamy, quatre membres du gouvernement ont assisté à la rencontre entre le gouvernement, les responsables de la CENI-T et les membres du Congrès de la Transition, qui s’est tenue hier à Tsimbazaza. Pour leur part, le Premier ministre, Jean Omer Beriziky et la présidente de la CENI-T, Atallah Béatrice ont encore brillé par leur absence. Cette dernière a été retenue à Ivato pour le regroupement national des démembrements de cette Institution. Par contre, quatre ministres ont été présents, à savoir, le ministre des Relations avec les Institutions, Victor Manantsoa, le ministre des Forces armées, le Gal Rakotoarimasy André Lucien, le ministre de la Sécurité intérieure, Arsène Rakotondrazaka et le ministre de l’Intérieur qui assure l’intérim au Ministère de la Justice, Florent Rakotoarisoa. Ce dernier, tout en dénonçant le laxisme de la CENI-T par rapport aux anomalies constatées autour de la liste électorale, a recommandé l’intégration d’office des omis de la liste dans le recensement électoral, l’affermissement de la sensibilisation des électeurs sur l’utilisation du bulletin unique et le renforcement des capacités des démembrements de la CENI-T.

Erreurs. En tout cas, les membres du CT ont profité de cette rencontre pour interpeller la CENI-T à propos des imperfections constatées au niveau des différents districts lors du premier tour. D’ailleurs, le Vice-président de la CENI-T a reconnu l’existence d’ « erreurs sur la liste, des complications causées par l’éclatement de certains bureaux de vote, les problèmes de distribution des cartes électorales, l’insuffisance des bulletins uniques et des procès verbaux des opérations électorales dans certaines régions, la constatation de défauts de fabrication sur les urnes transparentes, ainsi que le retard de l’acheminement des résultats venant des CRMV ». Pour rectifier le tir, la CENI-T envisage d’améliorer la liste électorale par une confrontation de la liste provisoire établie le 7 avril dernier avec la liste définitive qui a été utilisée lors du scrutin du 25 octobre, le renforcement des formations des membres des bureaux de vote et la préparation à l’avance des moyens logistiques pour faciliter l’acheminement des résultats de vote émanant des zones enclavées. L’augmentation des indemnités des membres des bureaux de vote est également envisagée. D’ailleurs, le Vice-président de la CENI-T a laissé entendre que la totalité des moyens financiers nécessaires pour l’organisation du 2e tour a déjà été octroyée. Et ce haut responsable d’annoncer au passage que l’organisation du scrutin n’est pas une mince à faire à cause de l’immixtion des politiques dans le processus. En tout cas, toutes les entités concernées par le processus s’accordent à dire « non à une ingérence des politiciens dans l’organisation des élections ».

Davis R

Share This Post