BNI … et la lumière fut

L’initiative de Beriziky nous apporte un éclairage nouveau. Le débat se déporte du champ médiatique, de la rumeur et de la désinformation sur le tapis vert. Mardi dernier deux heures de débat ont fait tomber les masques et ceux qui se cachaient n’étaient pas ceux qu’on croyait. Une administration convoquée pour certains, invitée pour d’autre. La subtilité tient à l’indépendance des uns et à la position administrative des autres. En tout cas, le PM a fini par faire la lumière, et ceux qui nous promettaient un scandale en sont pour leur frais. Bien au contraire et comme on peut le lire sur Mediapart, au départ lui-même très suspicieux sur le dossier. Cette réunion plus technique que politique qui réunissait les grands commis de l’état concernés dans un face à face avec les vendeurs / repreneurs a mis en exergue un véritable projet ambitieux porté par des acteurs locaux et régionaux. Ces derniers armés de leur dossier et de tout l’arsenal juridique qui s’impose ont non seulement répondu aux accusations mais ont même dévoilé un projet d’envergure pour développer bien au-delà de la capitale le marché encore très faible de la bancarisation à Madagascar.

La ou les détracteurs  furent bien en peine de trouver un seul texte imposant une banque dites de référence, vendeurs et acheteurs montrèrent bien au contraire un projet bien structuré, bien accompagné et sécurisant pour les clients.  Là où certains y voyait une simple spéculation, les prometteurs démontrèrent un projet inscrit dans le temps, innovant et à même de porter un coup à la banque de papa. La ou les détracteurs tentèrent de démontrer des collusions, on découvrit plutôt des maladresses. Là où certains nous promettait un scandale, on découvrit probablement le projet d’investissement le plus novateur de ces 5 dernières années.

Une fois le PM rassuré sur l’avenir des employés, enterrant les mauvais souvenir des déflatages de nos vieilles banques, une fois le Gouvernement rassuré sur l’avenir d’une clientèle qui comme le dit Mediapart sera l’arbitre ultime de cette opération. Une fois Mme le Gouverneur rassurée sur la solvabilité du projet, une fois le DGT rassuré sur les retombées nationales du projet et le développement du secteur bancaire dans un réseau élargi, une fois l’Etat rassuré sur la valeur de sa participation, il ne restait plus à nos détracteurs désarmés qu’une dernière pirouette avant de quitter la scène en contestant la validité du communiqué de la Primature. Chant du cygne.

Gageons qu’en mal de sensation ces détracteurs reporteront leur fiel sur les élections de vendredi, gageons que ceux sont les mêmes qui s’apprêtent à contester des résultats que personne ne connait. Qu’importe calomniez calomniez … il en restera toujours quelque chose.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication