Andry Rajoelina : Dernière grand’messe le 10 janvier !



Jacaranda
Pour Andry Rajoelina, la grand’messe est dite !
Pour Andry Rajoelina, la grand’messe est dite !

On pensait que celui du 31 décembre 2013 fut le dernier discours à la Nation d’Andry Rajoelina, mais il a visiblement du mal à renoncer aux « strass et paillettes » chanté par le rappeur Booba et remixé par bon nombre de DJ.

On rapporte dans les salons que le président de la Transition va organiser une ultime grand’messe le vendredi 10 janvier prochain. Date pourtant prévue pour la proclamation des résultats provisoires des législatives par la CENI-T. Nonobstant cette coïncidence de dates entre la cérémonie d’Iavoloha et celle d’Alarobia, force est de se poser des questions sur l’opportunité voire la légitimité de cette cinquième présentation de vœux par le futur ancien président de la Transition qui devra incessamment rendre les clés d’Iavoloha et d’Ambohitsorohitra au président de la République élu. Lequel sera connu le 18 janvier prochain au plus tard, c’est-à-dire une semaine après cette grand’messe de trop qui priverait le nouveau chef de l’Etat de la première « Asaramanitra » de son quinquennat. Déjà que bon nombre d’observateurs – notamment les chancelleries – trouvent inopportune la récente nomination par Andry Rajoelina d’une nouvelle Directrice des Relations internationales auprès de la Présidence, dans la mesure où la diplomatie fait partie des domaines réservés du nouveau Président de la République investi de la légitimité du suffrage universel direct.

Humiliation. On se rappelle que lors du second débat télévisé, le candidat Jean Louis Robinson avait laissé entendre que  la présentation de vœux et sa cérémonie d’investiture seront jumelées s’il est élu. Comme ce n’est pas le cas, du moins d’après les résultats provisoires qui le placent en seconde position derrière le candidat n° 33, c’est en principe ce dernier – arrivé premier – qui sera investi dans les fonctions de Président de la République, sauf renversement de situation au niveau de la Cour Electorale Spéciale. En tout cas, si la victoire de Hery Rajaonarimampianina est officialisée par la CES, cela évitera au moins à Andry Rajoelina la suprême humiliation de devoir rendre « démocratiquement » (selon son propre terme)  au poulain de Marc Ravalomanana, le pouvoir qu’il avait pris en 2009.

Privilège. De toute façon, si c’est Jean Louis Robinson qui était en tête sur le tableau des résultats de la CENI-T, il se serait certainement opposé à la tenue d’une autre grand’messe par l’actuel locataire d’Iavoloha dont le bail qui arrive à expiration, ne sera plus renouvelé. Quant à Hery Rajaonarimampianina qui n’est pas encore Président, il laisse faire Andry Rajoelina qui tient, croit-on savoir, à avoir le privilège d’annoncer lui-même, la hausse de 10% des salaires des fonctionnaires pour 2014. Et ce, afin de le mettre à son actif, fut-il au détriment du futur ancien ex-expert-comptable.

R. O

Share This Post