Robinson au Magro ce jour : Contre le forcing de la CES



Jacaranda
Le candidat Jean Louis Robinson accentue sa pression à l’approche de la date de 17 janvier.
Le candidat Jean Louis Robinson accentue sa pression à l’approche de la date de 17 janvier.

Le candidat soutenu par la Mouvance Ravalomanana effectue aujourd’hui sa première descente dans la rue pour contester le forcing de la CES.

La patience a des limites. Le candidat Jean Louis Robinson décide de descendre au Magro Behoririka pour faire entendre ses désidérata à l’endroit de la CES qui ne procède jusqu’à présent ni à la confrontation des procès-verbaux, ni au nouveau décompte des voix réellement obtenues par les candidats au second tour de la Présidentielle. C’est aujourd’hui à partir de 12h. Lalao Ravalomanana et les dirigeants de la Mouvance de l’ancien président ainsi que ceux du parti « Avana » y sont également attendus. « Je n’ai eu de cesse de répéter que je privilégie toujours la paix et développement. Mais, toute chose a ses limites. Face à une CES qui ne prend pas en considération nos doléances, je ne peux que le faire entendre sur une place publique. », a expliqué hier le candidat Jean Louis Robinson. Avant de marteler : « Je ne trouve aucune raison de ne pas rouvrir les urnes pour vérifier les bulletins exprimés et ceux non utilisés. Est-ce parce que nous avons des preuves avec des photos qu’il y a eu des bulletins suspects dans ces urnes ? »

3 jours. En persistant sur la nécessité de la réouverture des urnes et du nouveau décompte des voix, le candidat Jean Louis Robinson d’estimer : « Si nous nous donnons la main, trois jours suffiront pour ces opérations qu’exige la transparence. Nous sommes prêts à nous soumettre aux verdicts des urnes si la transparence est respectée. Mais, si c’est avec forcing qu’on résout la crise, nous sommes prêts à nous lever, à commencer demain (aujourd’hui) au Magro. » Le candidat présenté par le parti « Avana » affirme que la manifestation qu’il dirige à partir d’aujourd’hui au Magro respecte la légalité. « J’exhorte les Malgaches à s’armer de courage et d’audace et à ne reculer devant les intimidations. Il faut de l’audace pour rompre avec la pauvreté et la souffrance. », a-t-il lancé hier depuis Ambohimiandra.  A noter que le candidat Jean Louis Robinson n’a pas prêché dans le désert lorsqu’il a lancé un appel à la transparence du second tour de la Présidence. Actuellement, universitaires, acteurs de la société civile, notables, politiciens des tendances confondues et simples citoyens réclament la confrontation des PV et le nouveau décompte des voix. Il n’y a que la CES qui s’y oppose.

Recueillis par RAJAOFERA Eugène

Share This Post