Confrontation générale des résultats : La Cour Electorale Spéciale dit non



Jacaranda

La Cour Electorale Spéciale a rejeté la demande de confrontation générale des résultats du second tour de l’élection présidentielle déposée par le clan Jean Louis Robinson. Hier, son président, Rakotozafy François a déclaré à la presse que la CES n’a pas le droit de procéder à la confrontation générale des résultats et au recomptage des voix émanant des 20 001 bureaux de vote. Seuls les résultats au niveau des bureaux de vote ayant fait l’objet de requêtes seront pris en considération. En effet, la Juridiction électorale entend respecter à tout prix la date du 18 janvier, date prévue pour la proclamation officielle des résultats définitifs du second tour. D’ailleurs, la CES a déjà débuté la distribution des invitations relatives à la cérémonie.

9 Districts. Quoi qu’il en soit, la Cour Electorale Spéciale a convoqué à Ambohidahy hier les avocats des deux candidats, Hery Rajaonarimampianina et Jean Louis Robinson pour assister à la confrontation des listes électorales et au recomptage de voix au niveau d’une centaine de bureaux de vote qui ont fait l’objet de contentieux. Des bureaux de vote se trouvant dans neuf districts, entre autres, à Soanierana Ivongo, Bekily, Betroka, Marovoay, Mahajanga, Ambovombe et Amboasary Atsimo. Le travail de la CES consiste en effet à vérifier la conformité du numéro de série des bulletins provenant de la CENI-T avec le numéro de ceux émanant des bureaux de vote. Cette initiative a été prise suite à la requête relative à une demande de confrontation des listes électorales au niveau de 9 districts déposée par les avocats de Jean Louis Robinson. François Rakotozafy a également précisé que 50 requêtes pour irrégularités ont été reçues par la CES. Elles sont composées de 6 requêtes pour disqualification, 27 pour annulation de voix, 11 pour annulation des résultats, 5 pour contrôle ou comptage des voix, une requête pour suspension et 3 pour confrontation des résultats.

Davis R

Share This Post