Jean Louis Robinson : « Un faux pas de la CES serait fatal pour le pays »



Jacaranda
Le candidat Jean Louis Robinson croit toujours en sa victoire en maintenant sa confiance envers la CES.
Le candidat Jean Louis Robinson croit toujours en sa victoire en maintenant sa confiance envers la CES.

Le candidat Jean Louis Robinson donne son avis sur la situation politique actuelle et particulièrement sur les évènements de Mahajanga des trois derniers jours. Interview.

Midi : Monsieur Jean Louis Robinson, que pensez-vous de l’évolution de la situation politique actuelle ?

JLR : « Malheureusement, la situation politique dans notre pays évolue en mal car après les constatations de fraudes lors des élections présidentielles et législatives, voilà que les difficultés sociales reviennent sur le devant de la scène de manière violente à cause de ces tirs à balles réelles dans le dos des étudiants, provocant mort d’homme selon les dernières nouvelles de Mahajanga. Il y a plusieurs blessés graves dont certains n’ont pas encore reçu de soins car ils se cachent à l’abri des forces de répression qui ont effectué une véritable fouille de tous les recoins de la ville. J’ai dit et je réitère ma condamnation la plus sévère des actes de répression contre ces jeunes. Si je suis élu, j’envisagerais de faire revoir certains testes carrément liberticides privant nos citoyens de la base élémentaire de la liberté d’expression. De même, je ferais mettre en place un comité d’enquête sur ce drame de Mahajanga incluant non seulement les faits, mais aussi les causes. »

Midi : Qu’avez-vous fait dans l’immédiat par rapport au drame de Mahajanga ?

JLR : « Je n’ai pas encore toutes les latitudes pour agir encore plus que ce que j’ai déjà entrepris face à ce drame des étudiants qui concerne, à ma connaissance, non seulement les étudiants de Mahajanga, mais aussi ceux des autres Universités publiques du pays. Etant moi-même médecin, j’ai fait envoyer très rapidement à titre privé des aides médicales et je reste constamment à l’écoute des nouvelles de la population à cause des effets catastrophiques de la gestion du régime de transition. Le retour rapide et efficace à la normalité est plus qu’urgent dans tous les domaines. Et dans cette optique, un faux pas de la CES serait fatal pour le pays. »

Midi : Il vous faut pour cela passer le cap de la proclamation des résultats de l’élection… ?

JLR : « Bien sûr. Nous attendons cela dans la sérénité et nous pensons que nos revendications pour la confrontation des procès-verbaux ainsi que le recomptage des voix se feront très sérieusement. Cela devra renforcer la stabilité du prochain mandat dont tous les Malgaches ont besoin, mais que les partenaires étrangers attendent également avec impatience. Je pense à ces grandes entreprises déjà à pied d’œuvre que j’encourage dans leurs travaux par le respect des contrats signés ou qui comptent s’installer en tenant compte de l’intégration massive des travailleurs malgaches et de la protection de notre environnement naturel réputé unique au monde. Je veillerai par ailleurs à ce que la normalisation du monde financier et bancaire malgache hors de pratiques douteuses de certains groupes peu recommandables, puisse contribuer à la normalisation économique, condition et étape première pour la création d’emplois à Madagascar. »

Recueillis par RAJAOFERA Eugène

Share This Post