Litiges fonciers : Maître Olala exhorte Hery Rajaonarimampianina à respecter son engagement

Jacaranda
 Ce terrain fait actuellement l’objet d’un litige foncier. (Photo : Kelly)
Ce terrain fait actuellement l’objet d’un litige foncier. (Photo : Kelly)

On a pu vérifier que les deux parties disposent des mêmes documents attestant qu’il est le propriétaire légal dudit terrain.

Les usagers de la route d’Ankorondrano ont remarqué depuis quelque temps le remblayage effectué sur un terrain se trouvant aux abords du Boulevard Masay. Pourtant, ledit terrain fait actuellement l’objet d’un litige foncier entre trois entreprises, à savoir la Société Madécasse, Materauto et Comacat, contre une entreprise malgache dénommée Société Miotisoa. Au cours d’une conférence de presse organisée hier à Ankorondrano, Maître Willy Razafinjatovo (Olala), considérant que « Miotisoa est une entreprise fictive parce qu’elle n’existe même pas dans le registre de commerce », a déclaré que le propriétaire de cette entreprise a inventé de faux dossiers pour s’accaparer des terrains que ses clients ont pourtant occupé depuis plusieurs décennies. Il accuse ainsi son adversaire de faux et usage de faux. A noter que les deux parties possèdent chacun les documents leur attestant comme propriétaire légal dudit terrain. Par ailleurs, les deux camps disposent chacun aussi de permis de construire émanant de la Commune urbaine d’Antananarivo. Madame Hélène, propriétaire du terrain sur lequel la Société Miotisoa a construit un WC et un lavoir publics, a déclaré que leurs grands-parents ont occupé ce terrain depuis 1936.

Opérateur économique malgache. En essayant d’apporter des éléments d’éclaircissement sur ce dossier, nous avons pu rencontrer un haut responsable au sein de la Société Miotisoa. Celui-ci a confirmé qu’il est le propriétaire des terrains portant le titre foncier n° 69 981-A et n°70 039-A. Des documents qu’il aurait obtenus en 2013. Cet opérateur économique de nationalité malgache considère l’attaque lancée à son encontre comme « de la jalousie contre la réussite des Malgaches ». Il estime en effet que « les opérateurs étrangers ne supportent pas qu’un Malgache puisse s’acquérir d’un terrain en pleine centre-ville et effectue un remblayage ». « Pourquoi ils n’attaquent pas les Indo-Pakistanais qui remblayent notamment à Alarobia, à Ankorondrano et du côté du By-pass », se demande-t-il. Avant de soutenir que mis à part les documents légaux émanant du Service domanial, Miotisoa dispose également d’un permis de remblai en bonne et due forme émanant de la Commune urbaine d’Antananarivo. En réponse aux attaques pour faux et usage de faux, notre interlocuteur a exhorté ses adversaires à confirmer la véracité de ses documents auprès du Service domanial.

Faux documents. En tout cas, l’on a pu vérifier que les deux parties disposent des mêmes documents attestant qu’il est le propriétaire de ce terrain. La question est donc de savoir qui dispose du vrai document et d’où vient les faux documents. Pour sa part, Maître Willy Razafinjatovo a lancé un appel à l’endroit du nouveau président, Hery Rajaonarimampianina afin de respecter son engagement qui consiste entre autres, à lutter contre la corruption et à défendre la Justice et les intérêts de la population.

Davis R

Telma Fibre Vibe

Share This Post