CAEED : « Halte au juridisme »



Jacaranda
Des membres de la CAEED en pleine concertation. ( photo Kelly)
Des membres de la CAEED en pleine concertation. ( photo Kelly)

Face à la polémique et aux diverses interprétations autour de la nomination du Premier ministre, le Contact et Action pour l’Efficacité de l’Etat de Droit (CAEED) est sorti de son silence. En effet, la conférence de presse organisée hier à Analakely a permis de comprendre que cette association regroupant des jeunes juristes opte pour l’application stricto-sensu de la décision de la Haute Cour Constitutionnelle, suite à la requête pour interprétation de l’article 54 de la Constitution déposée par le Premier ministre, Jean Omer Beriziky. « Nous risquons de provoquer une nouvelle crise si les acteurs politiques s’entêtent à mettre les intérêts politiques au devant des textes juridiques », estiment les Dina Andriamaholy, Ranesa Firiana et consorts. D’après eux, « le fondement même de la 4è République sera remis en cause si toutefois, cette décision de la Cour Constitutionnelle fait l’objet de contestation ou d’interprétation ». Et le CAEED de rappeler que « nous vivons dans un régime de nature parlementaire qui prévoit que le président de la République élabore la politique générale de l’Etat et le Premier ministre l’exécute ». Une entente entre les deux personnalités est ainsi nécessaire. En effet, le CAEED estime que le MAPAR qui est le groupe majoritaire à l’Assemblée nationale, constitue la seule entité politique autorisée à proposer un nom pour le poste de Premier ministre.. Afin de débloquer la situation, le CAEED lance un appel à l’endroit des acteurs politiques afin de mettre fin à la polémique et au juridisme mais de lancer plutôt un débat positif concernant les programmes de développement et la relance économique.

Davis R

Share This Post