Premier ministre : Une troisième voie n’est pas à exclure ?



Jacaranda

On a appris hier que le président de la République pourrait opter pour une troisième voie dans la nomination du futur locataire de Mahazoarivo.

Après la déclaration du président de la République qui ne veut pas se précipiter dans la nomination du premier ministre, les avis divergent. Une partie de l’opinion opte pour une troisième voie afin de mettre fin au bras de fer entre le Mapar d’Andry Rajoelina qui a présenté l’ancien SGP Haja André Resampa et la PMP (Plate-forme pour la Majorité Présidentielle) qui a aligné le Dr Jules Etienne Rolland. Les partisans de cette option roulent pour la nomination concertée du futur chef du gouvernement qui ne tiendrait pas compte de la majorité à l’Assemblée nationale selon l’article 54 de la Constitution. Cette nomination concertée est dictée par plusieurs paramètres dont la recherche d’un profil idéal. Pour cela, il faut du temps car le président de la République pourrait encore consulter plusieurs entités concernées.

Procédure légale. En face de cette option, il y a ceux qui exigent le respect de la procédure prévue par la Constitution sur la nomination du Premier ministre. Pour ces derniers, opter pour une troisième voie serait une erreur irrémédiable pour le président Hery Rajaonarimampianina qui serait amené à ignorer la majorité de 95 députés de la PMP qui lui tend la main en proposant le Dr Jules Etienne Rolland. Pour les partisans de cette deuxième option, après avoir montré sa minutie ces derniers jours en remaniant la HCC, le président de la République possède à présent toutes les bonnes cartes en main pour nommer son Premier ministre. Bref pour eux, le président Hery Rajaonarimampianina ne devrait plus attendre car sans gouvernement reconnu, aucun financement et relance économique ne peuvent être déclenchés.

RAJAOFERA Eugène

Share This Post