Forces armées : Affectation des jeunes Officiers pro-Rajoelina



Jacaranda

Selon un haut responsable au sein de l’Etat-major Général de l’Armée Malagasy, « des mesures ont déjà été prises afin de réaliser les ordres du président de la République qui  est le Chef suprême des Forces armées ».

Malgré les efforts fournis par le régime actuel pour restaurer le respect de l’éthique, de la déontologie et de la discipline au sein de la Grande muette, l’on ne constate pas une grande évolution dans ce sens. Ces derniers temps, l’on ne finit pas d’apprendre des renseignements concernant la tenue de réunions secrètes d’Officiers et de Sous-officiers qui se tiendraient notamment du côté de Nanisana. L’on a également appris depuis le week-end dernier que les hommes de garde au sein de la Région militaire N°3 à Toamasina et ceux du Commandement des Forces de Développement (COFOD) se préparent à ne pas exécuter les ordres si toutefois, leurs supérieurs hiérarchiques réalisent l’exécution du projet des tenants du régime actuel de sécuriser les avoirs de l’ancien président, Marc Ravalomanana, entre autres, les usines Tiko et le Magro Toamasina et Vodiala. Faut-il noter que c’est le COFOD qui devrait assurer la coordination des actions de sécurisation dans ce genre d’affaires. En tout cas, d’après nos sources, la Hiérarchie militaire a déjà été mise au courant de ce renseignement. Par ailleurs, un haut responsable au sein de l’Etat-major Général de l’Armée Malagasy a démenti cette information. « Des mesures ont déjà été prises afin de réaliser les ordres du président de la République qui  est le Chef suprême des Forces armées », a-t-il déclaré. Et de noter au passage que « jusqu’ici, aucun cas de mutinerie ni d’insubordination hiérarchique n’a été constaté ».

Discipline. Par ailleurs, selon toujours nos sources, les Chefs militaires envisagent actuellement l’affectation dans les Provinces des jeunes Officiers au sein de l’Armée, de la Gendarmerie et de la Police nationale, qui ont été promus à des postes à responsabilités ou des postes politiques durant la Transition. Une décision que bon nombre d’observateurs considèrent comme une affectation disciplinaire contre les jeunes Officiers pro-Rajoelina. Pourtant, c’est une décision à la fois normale et logique dans la mesure où d’un côté la discipline prévoit qu’un Officier ne peut être à la tête d’un Commandement militaire pendant plus de trois ans, et de l’autre côté, dans tous les pays démocratiques, un changement de régime engendre un remaniement à la tête de l’Administration.

Davis R

Share This Post