Courrier de lecteur : Tandem Rajaonarimampianina – Jean-Louis Robinson



Jacaranda

HERY-ROBINSONAncien combattu de la dernière présidentielle, Jean-Louis Robinson (JLR) n’est pas homme à ressasser des regrets ni à rebattre les oreilles de ses interlocuteurs sur ses (supposées) déceptions. C’est mal connaître l’ex-candidat n°33 dont les supporters avaient cru longtemps qu’il pouvait l’emporter. Mais l’ex-grand judoka de haut niveau sait ce que « fair-play » veut dire, si bien qu’il s’est relevé bien vite du tatami !

Peu de gens parmi ses amis n’ignorent pas en effet combien JLR, en toutes choses et en tous lieux, aime « positiver » ! Quelle fut la surprise générale lorsque le 24 janvier dernier, à la veille de l’investiture officielle du Président Hery Rajaonarimampianina, il annonça au cours d’une conférence de presse qu’il reconnaissait la victoire de celui-ci et qu’il irait le lendemain même au stade de Mahamasina honorer l’invitation pour la prestation de serment du nouveau Chef de l’Etat ! Ce qu’il fit, et du coup, a été chaudement félicité par de nombreux invités dont les membres du Corps diplomatique et de la communauté internationale qui ont salué son geste de « grand Républicain » et de « grand Démocrate ». Dans le passage de son discours où le Président élu évoquait son concurrent et néanmoins ami, JLR eut même droit à sa part d’applaudissements nourris de la part du grand public.

Oui, « positiver » pour lui signifie savoir tourner la page et avancer dans le respect des voies légales, car n’est-il pas temps de nous consacrer à l’essentiel tellement sont « henaurnes » les enjeux de la refondation de la nation ? Et dans la situation actuelle où se révèlent jour après jour les difficultés pour trouver « l’oiseau rare » appelé aux fonctions de Premier ministre, JLR paraît avoir (presque) toutes les qualités requises « ad hoc ». C’est du moins ce que l’on pense de plus en plus dans des cénacles privés ou autres milieux internationaux, persuadés qu’il faudrait un homme expérimenté de la trempe de JLR devant précisément l’ampleur des enjeux, et qui de surcroît – mutandis mutandis – formerait avec Hery Rajaonarimampianina un attelage de qualité exceptionnelle à la tête de l’Exécutif pour mettre en œuvre les vrais changements dont le Pays a cruellement besoin.

Car les deux ex-finalistes de la présidentielle qui se sont parfois courtoisement étripés au cours de la campagne, non sans échanger à chaque rencontre des accolades très appuyées, peuvent s’entendre aussi bien sur le plan des rapports humains que sur l’exécution du programme présidentiel pas tellement différent des propres convictions de l’ex-n°33, c’est-à-dire de son projet de société. Robinson a, à l’évidence, une autorité suffisante pour faire tenir la digue. Avec le Chef de l’Etat, leur entente pour le bien commun ne devrait pas poser de problème tant les deux hommes sont imbus de hautes valeurs morales qui dépassent toute susceptibilité ou tout ressentiment pour viser à tout instant l’intérêt supérieur de la nation. Un attelage qui aurait « belle gueule » et que nous envieraient toutes les démocraties du monde, d’autant que Hery comme Jean-Louis n’auraient pas besoin d’employer des trésors de rhétorique pour démontrer la fiabilité et la viabilité de leur éventuel duo, tant l’un et l’autre sont adeptes de propos réfléchis, mesurés et lucides à même de réaliser la réconciliation nationale.

Rajaoferson Stephan

Share This Post