Alaotra : Jean Louis Robinson refait surface



Jacaranda
Dr Jean Louis Robinson lors de sa campagne électorale. (Photo d’archives)
Dr Jean Louis Robinson lors de sa campagne électorale. (Photo d’archives)

Retour au bercail de Dr Jean Louis Robinson. En effet, ce dernier a fait une descente dans sa région natale tout récemment. Il est venu pour assister à l’installation officielle de la députée Emiline Rakotobe.

Après avoir observé le mutisme durant un certain temps, le docteur Jean-Louis Robinson sort de son silence. Et ce, dans son fief dans la région des Sihanaka. Ce fils du terroir refait surface. Il est venu dans la région pour assister à l’installation officielle de la députée Emiline Rakotobe. Ce retour sur ses terres ancestrales était aussi pour ce fils de l’Antsihanaka une occasion pour rappeler à la population locale sa vision du redressement économique et social, maintes fois exprimée lors de la dernière campagne électorale. Il s’agit notamment de ce qu’il qualifie de « développement régional volontariste et la décentralisation programmée des pouvoirs politique, administratif et financier qui sont la forme de réparation des injustices du passé et l’expression politique de la véritable réconciliation nationale ».

Programmes. Jean-Louis Robinson  compte également « promouvoir le marché intérieur impliquant des programmes d’actions pour l’autosuffisance alimentaire et le développement des zones de production agricole intensive, la réhabilitation des villes pôles d’échanges, d’écoulement et de transformation des produits ». A cela s’ajoute la densification des réseaux d’infrastructures nationales de transport multimodal et de communication.

Bonne gouvernance. Lors de cette descente dans la région du lac Alaotra, l’ancien ministre de la Santé a aussi déclaré que des « actions énergiques devraient être engagées immédiatement dans les secteurs de l’enseignement, la santé publique et la nutrition infantile et également en matière de sécurité publique. Il faut y ajouter aussi la réalisation rapide d’un programme de restauration de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance ». Et lui d’enchaîner que « tout cela ne sera possible qu’une fois le dispositif du pouvoir exécutif serait mis en place avec le Premier ministre et le gouvernement de son choix ». Faisant allusion au président de la République qui dispose des pouvoirs nécessaires que lui confère la Constitution.

Recueillis par Dominique R.

Share This Post