Réconciliation du FFM : Boycott du FFKM et du Pr Zafy



Jacaranda
Ces précurseurs de la réconciliation ne cautionnent pas les actions du FFM.
Ces précurseurs de la réconciliation ne cautionnent pas les actions du FFM.

La tentative de réconciliation initiée par le FFM est vouée à l’échec pour la simple raison que les principaux acteurs de cette réconciliation n’y adhérent pas.

Deux grands précurseurs de la réconciliation nationale ne seraient pas présents à l’hôtel Panorama demain. Il s’agit du Conseil Œcuménique des Eglises Chrétiennes de Madagascar (FFKM) et le CRN (Comité pour la Réconciliation Nationale) du Pr Zafy Albert. Par contre, la mouvance Ravalomanana n’a pas encore pris sa décision sur ce rendez-vous donné par le « Filan-kevitry ny Fampihavanana Malagasy ». « Nous n’avons reçu l’invitation qu’aujourd’hui (NDLR : hier). Nous allons donc nous réunir pour prendre notre décision. », a expliqué le ministre Roland Ravatomanga, chef de délégation de la mouvance Ravalomanana. Revenant sur la position du CRN, Tabera Randriamanantsoa a fait savoir que le Pr Zafy Albert a déjà donné ses consignes. « Il nous a ordonné de ne pas répondre à l’invitation du FFM. », a révélé l’ancien ministre de la Fonction Publique. Avant de déplorer : « Nous ne connaissons même pas l’ordre du jour de ce rendez-vous. D’ailleurs, il n’y a pas eu de concertation avant la tenue de cette réunion du Panorama. » Selon Tabera Randriamanantsoa, le CRN veut une Institution en charge de la concrétisation de la réconciliation nationale et non un simple Conseil comme le FFM.

Observateur. Au niveau du FFKM, cette décision de boycotter la tentative de réconciliation initiée par le FFM du Général Sylvain Rabotoarison ne fait pas l’unanimité. Une minorité au sein du ce Conseil Œcuménique des Eglises Chrétiennes de Madagascar  roule pour la présence du FFKM à l’hôtel Panorama, mais en tant qu’observateur. Quoi qu’il en soit, le rendez-vous du Panorama est maintenu jusqu’ici. D’après le général Sylvain Rabotoarison, 190 invitations ont été distribuées. On reproche cependant au FFM de ne pas avoir impliqué toutes les entités concernées par la réconciliation nationale dans la préparation de l’événement. A noter que le « Filan-kevitry ny Fampihavanana Malagasy » figure parmi les institutions de la transition consensuelle et inclusive qui devrait  disparaître après la mise en place de la Quatrième République. Autrement dit, la FFM devrait cesser d’exister une fois la transition terminée. Une partie de l’opinion s’y oppose cependant en soutenant que la réconciliation nationale est une entreprise de longue haleine.

RAJAOFERA Eugène

Share This Post