Christine Razanamahasoa : Déchéance des députés MAPAR traîtres

Razanamahasoa Christine entend toujours rester au perchoir.
Razanamahasoa Christine entend toujours rester au perchoir.

La députée élue dans la circonscription électorale d’Ambatofinandrahana persiste et signe que jusqu’à preuve du contraire, elle est toujours la présidente de l’Assemblée nationale.

Des députés MAPAR, avec Christine Razanamahasoa en tête, ont boudé les élections des membres du bureau permanent qui se sont tenues le week-end dernier (lire article par ailleurs) à Tsimbazaza. Ils se sont réunis, plutôt, avant-hier, au siège du MAPAR, à Ambodivona. Selon l’ancien ministre de la Justice des sanctions seront prises à l’encontre des députés MAPAR qui ont rallié le camp de la Plate-forme pour la Majorité Présidentielle (PMP). En brandissant l’article 72 qui stipule que « durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe autre que celui au nom duquel il s’est fait élire ». Que les dispositions de cet article 72 visent à la préservation d’une majorité parlementaire stable non fluctuante au gré des considérations partisanes; que le constituant a voulu parvenir à une clarification des idéologies composant l’Assemblée Nationale. En un mot, Christine et consorts sont pour la déchéance des députés MAPAR qui ont retourné leur veste.

Forcing. Toujours à propos de la Chambre basse, Razanamahasoa Christine persiste et signe qu’elle est toujours la présidente de l’Assemblée nationale. Toujours est-il qu’elle a l’intention de diriger la session ordinaire de l’Assemblée nationale qui débute demain. Pourtant, elle a dit également qu’elle respecte l’Etat de droit. Pour le MAPAR, on aurait dû procéder à l’élection du questeur 3 et du rapporteur général. Elle qualifie les actes menés par les membres de la PMP de forcing. De ce fait, les membres du bureau permanent présidé par Christine Razanamahasoa restent à leur place. A l’entendre, il y aurait ainsi deux bureaux permanents à l’Assemblée nationale.

Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication