Affaire Ankadimbahoaka : Rivo Rakotovao exige le respect de la loi

Jacaranda

Dix jours après la démolition d’habitations dans le Fokontany de Morakenda Ankadimbahoaka qui a fait une cinquantaine de familles sinistrées, les dirigeants actuels ont finalement décidé de sortir de leur mutisme. Une décision qui fait certainement suite au fait que cette affaire commence à prendre une tournure politique. Faut-il rappeler qu’après les députés « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » (MAPAR), l’ancien président Zafy Albert, l’ancien membre du CST, Alain Ramaroson et le leader de l’association « Manda ho an’ny Firaisam-pirenena », Lalatiana Ravololomanana se sont levés pour défendre les victimes de cette démolition. Pour eux, « Madagascar appartient aux Malgaches ». En marge de l’Atelier sur le « Plan Local d’Occupation Foncière » (PLOF), le ministre d’Etat chargé des Infrastructures, de l’Equipement et de l’Aménagement du Territoire, Rivo Rakotovao a précisé que « ce terrain appartient légalement à Filatex qui a acheté ce terrain en 1992 ». Il a profité de cette occasion pour démentir l’information selon laquelle c’est l’Etat qui a contracté avec Filatex. Il, c’est Rivo Rakotovao qui estime que « Filatex n’est pas du tout fautif dans cette affaire, au contraire son propriétaire pakistanais a le droit de réclamer une propriété qui lui appartient ».

Corruption. Le ministre des Infrastructures, de l’Equipement et de l’Aménagement du territoire exige en effet le respect de la loi. « Faire de Madagascar un Etat de droit constitue une priorité pour le régime », a-t-il soutenu. En quelque sorte le régime se met à la défense de Filatex et lâche les victimes de la démolition d’habitations à Ankadimbahoaka. Nul n’ignore cependant que la Justice occupe le premier rang en termes de corruption au sein de l’Administration malgache. Qui n’est également pas au courant que les simples citoyens malgaches ne disposent pas de moyens suffisants pour faire le poids contre des géants industriels comme Filatex. « Ne fondez pas votre maison sur un terrain qui ne vous appartient pas », a déclaré Rivo Rakotovao. Un message adressé aux citoyens malgaches dont la plupart fait face à d’énormes difficultés pour finaliser la longue et difficile procédure d’acquisition de titre foncier. La question est aussi de savoir comment et quand Filatex a obtenu les titres des nombreux terrains qui font l’objet de litiges actuellement, notamment à Ankadimbahoaka, à Ankorondrano, à Nanisana et du côté du By-pass. A noter que l’Exécutif a décidé, au cours du Conseil des ministres de mercredi dernier de suspendre toutes procédures de démolition et d’expulsion d’habitations à Morakenda jusqu’à ce que les ambigüités entourant cette affaire soient éclaircies.

Davis R

Blueline Air Fiber

Share This Post