Hery Rajaonarimampianina : Grand oral en août à Washington

Le chef de l’Etat malgache à la sortie du Département d’Etat à Washington en mars dernier.
Le chef de l’Etat malgache à la sortie du Département d’Etat à Washington en mars dernier.

Le président Hery Rajaonarimampianina fait partie des 47 dirigeants africains invités au prochain sommet Etats-Unis – Afrique – prévu les 5 et 6 août 2014 – qui vise à « renforcer les liens avec l’une des régions les plus dynamiques du monde », selon Jay Carmey, porte-parole du président Barack Obama. A l’instar de ses pairs africains, le Chef de l’Etat malgache sera appelé à faire un « national statement ». Une sorte de grand oral qui permettra à la partie américaine d’être fixée sur la politique et le programme du premier Président de la Quatrième République. L’objectif majeur de ce sommet étant de « faire progresser les objectifs de l’administration (américaine) en matière de commerce et investissement en Afrique et mettra en évidence l’engagement des Etats-Unis envers la sécurité de l’Afrique, le développement de la démocratie et de ses habitants ».

AGOA. L’AGOA Forum se tiendra d’ailleurs en marge de ce premier sommet Etats-Unis – Afrique. L’Ambassade malgache à Washington a été représentée à la réunion préparatoire qui a eu lieu les 3 et 4 juin dernier. Et qui a été marquée notamment par la visite du site situé pas loin du siège du Département d’Etat. La Grande Ile y sera invitée en tant qu’observateur, à moins que le pays n’intègre d’ici là – ce qui est peu probable – l’ « African Growth and Opportunity Act » qui avait été suspendu depuis le 1er janvier 2010, suite au changement anticonstitutionnel de mars 2009. En somme (c’est le cas de le dire), une perte de 5 ans pour le pays en général et les zones franches en particulier, puisque l’AGOA accordait un régime d’exonération de droits de douane aux importations de vêtements et de textile en provenance des pays bénéficiaires. L’extension de l’AGOA au-delà de son échéance prévue pour le 30 septembre 2015 profitera toutefois à Madagascar dont la procédure de réintégration est en bonne voie. Après les « élections libres et démocratiques » exigées par Washington, le pays est de nouveau …éligible.

R. O

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication