Opposition : Elections sur fond de corruption

Le front des opposants de Lalatiana Ravololomanana a reconnu que l’organisation du conclave des opposants n’a pas été parfaite. Toutefois, il a tenu à souligner que l’opposition ne doit pas être une antichambre du régime.

L’opposition ou plus précisément ce qui pourrait être son chef focalise l’attention de bon nombre d’observateurs, ces derniers temps. Sur ce point d’ailleurs, Lalatiana Ravololomanana a fait un petit rappel sur le conclave des opposants qui s’est tenu à Andrefan’Ambohijanahary, les 20 et 21 juin dernier. C’était lors d’une conférence de presse qu’elle a tenue, hier, en son domicile. Lors de ce conclave, elle a décelé des élections sur fond de corruption. Et de souligner que malgré, la pression émanant des partisans des candidats qui ont voulu coûte que coûte qu’il y ait élections pour déterminer le chef de l’opposition, elle s’y est opposée. Ces candidats sont notamment Max Fabien Andrianirina, Alain Ramaroson, Alain Andriamiseza, Rasambozafy Cyrille et Samihary Floriot. Elle n’a pas toutefois dévoilé le nom de celui ou ceux, qui ont distribué de l’argent.

Décret d’application. Pour la fondatrice de « Manda ho an’ny Firaisam-pirenena », l’élection du chef de l’opposition devrait attendre le décret d’application émanant du ministère de l’Intérieur. Et ce n’est qu’après qu’on va prendre des décisions, a-t-elle souligné. Avant d’enchaîner qu’« on est encore loin de la moralisation de la vie politique à Madagascar ». Toujours à propos du rôle de l’opposition elle estime qu’il ne s’agit pas de faire de la complaisance et d’être complices des mauvaises pratiques politiques. Notons que Lalatiana Ravololomanana et consorts vont encore tenter de rassembler l’opposition. Un deuxième conclave n’est pas à écarter.

Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication