Arrêté du ministère de l’Intérieur : Clash au sein du TIM

Jacaranda
Un TIM fort et uni reste un rêve pour l’exilé Marc Ravalomanana qui envisage de reconquérir le pouvoir dès que l’occasion se présentera.
Un TIM fort et uni reste un rêve pour l’exilé Marc Ravalomanana qui envisage de reconquérir le pouvoir dès que l’occasion se présentera.

Il n’y aura ni convention ni un TIM fort et uni tant souhaité par Marc Ravalomanana. Razoarimihaja Solofonantenaina et consorts tentent de verrouiller le parti au détriment des dissidents.

La réconciliation et le rassemblement pour lesquels l’ancien président Marc Ravalomanana a envoyé au pays son ancien ministre de l’Economie Ivohasina Razafimahefa tombe à l’eau. Ce dernier était venu pour amorcer un processus de réconciliation au sein du TIM. Ivohasina Razafimahefa a consulté les anciens dirigeants du parti avant de mettre en place une structure provisoire en charge du processus. Lalao Ravalomanana et Rajemison Rakotomaharo ont été désignés pour coordonner ce processus. Pour chercher un certain équilibre, deux autres coordonnateurs ont été nommés pour les seconder. Il s’agit de Mamy Rakotoarivelo et Pierrot Botozaza. Ledit processus de réconciliation et de rassemblement qui devrait aboutir d’ici peu à la signature d’une Convention été suspendu après le départ pour l’Afrique du Sud de l’épouse de l’ancien président. Pendant l’absence de Lalao Ravalomanana, le ministère de l’Intérieur a sorti un arrêté légalisant Tiako I Madagasikara. C’était vendredi dernier. Cet arrêté confirme Razoarimihaja Solofonantenaina et Mamy Rakotoarivelo respectivement aux postes de président national et de secrétaire général du parti.

Bureau politique. Dans une convention qui a permis d’obtenir cet arrêté car il fallait composer avec l’aile Raharinaivo, Emile Ratefinanahary dit « Vazaha » a été désigné vice-président du parti. Visiblement, à en croire les réactions des uns et celles des autres, la sortie de cet arrêté qui favorise les TAO (Tim Authentiques et Originaux) compromet sérieusement le processus de réconciliation engagé depuis l’Afrique du Sud. Le clan Razoarimihaja est décidé à mettre fin à la réconciliation et appelle tout simplement les dissidents à grossir les rangs des TAO. Autrement dit, ce clan n’a pas besoin de réconciliation et de rassemblement pour un parti fort et uni. Tandis que le clan des dissidents se sent trahi. « S’ils ne veulent pas se réconcilier et rassembler les forces pour faire face aux adversaires communs, c’est leur affaire. J’ai répondu à l’appel au rassemblement lancé par le président Marc Ravalomanana pour prouver que je suis de bonne foi.», réagit un ancien dirigeant du TIM qui a requis son anonymat. Sans attendre, le clan Razoarimihaja convoque une réunion du bureau politique du TIM demain à Bel Air. Reste cependant à savoir de quel bureau politique il s’agit. Les membres du bureau politique du TIM du temps de la présidence de Razoarimihaja sont-ils encore là ? La tenue de la réunion de Bel air exclut déjà toute tentative de reprise du processus de la réconciliation.

A quel jeu ? D’après nos sources, le fondateur du parti Marc Ravalomanana est déjà au courant de cette nouvelle donne. Les mêmes sources indiquent que l’exilé d’Afrique du Sud a salué la décision du ministère de l’Intérieur qui a sorti l’arrêté et aurait donné sa bénédiction au clan Razoarimihaja. Bon nombre d’observateurs s’interrogent : A quel jeu joue le fondateur du TIM ? Les efforts fournis par Ivohasina Razafimahefa qui était parti des Etats-Unis pour recoller les morceaux à Madagascar tombent à l’eau. L’espoir d’un TIM fort et uni s’écroule. En tout cas, le clan Razoarimihaja ne lâche pas prise. Ce clan prévoit de tenir vendredi une conférence de presse pour déclarer haut et fort qu’il est désormais le seul à pouvoir représenter le TIM. La démarche rappelle la ridicule conférence de presse organisée à Antanimena par les conseillers spéciaux de Hery Rajaonarimampianina. Henri Rabary Njaka et consorts ont rameuté toute la presse uniquement pour annoncer que ce sont eux qui dirigent le HVM et non d’autres personnes.

RAJAOFERA Eugène

Share This Post