Ministère de l’Intérieur : Le TIM risque la suspension

Jacaranda
La réunion du « bureau politique » du TIM convoquée hier par Razoarimihaja Solofonantenaina a été boycottée par la majorité de ses membres.
La réunion du « bureau politique » du TIM convoquée hier par Razoarimihaja Solofonantenaina a été boycottée par la majorité de ses membres.

S’il n’y a pas de réaction dans les prochains jours, le parti fondé par Marc Ravalomanana risque la suspension par le ministère de l’Intérieur.

L’avenir du « Tiako I Madagasikara » reste incertain. On a appris hier que le ministre de l’Intérieur a envoyé au président national du parti Razoarimihaja Solofonantenaina une lettre demandant à celui-ci de déposer des dossiers à Anosy. En effet, le ministre de l’Intérieur demande le procès-verbal de la Convention du 26 avril 2014 désignant les nouveaux membres du bureau politique du parti, la photocopie légalisée de ces derniers, le projet de société du parti et son règlement intérieur. Cette lettre qui comporte la référence de la convention du 26 avril co-signée par Emile Ratefinanahary dit « Vazaha » et Mamy Rakotoarivelo, est datée du 25 juillet 2014. Jusqu’à présent, Razoarimihaja Solofonantenaina n’y donne pas suite. Or, d’après la lettre du ministre de l’Intérieur, ces dossiers lui permettront de « reconsidérer » le parti « Tiako I Madagasikara ». Bon nombre des militants du parti s’interrogent donc sur la réelle intention de Razoarimihaja Solofonantenaina. A quel jeu joue-t-il ?

Arrêté. Le refus par Razoarimihaja Solofonantenaina de livrer ces dossiers au ministère de l’Intérieur risque de conduire au retrait de l’arrêté n°22828/2014 du 1er juillet 2014 portant  création du parti « Tiako I Madagasikara ». A noter que cet arrêté controversé a sa genèse. Tout était parti d’un arrêté délivré par le ministre de l’Intérieur de la transition Florent Rakotoarisoa au clan Raharinaivo Andrianantoandro. Au vu de cet arrêté, Razoarimihaja Solofonantenaina s’est ressuscité en l’attaquant devant le Conseil d’Etat. L’ancien député d’Ambatondrazaka a obtenu gain de cause car le Conseil d’Etat a annulé ledit arrêté. Pourtant, la décision du Conseil d’Etat ne dit pas que le TIM revient à Razoarimihaja Solofonantenaina. Pour sauvegarder le parti, son fondateur Marc Ravalomanana a envoyé l’ancien ministre Yvohasina Razafimahefa pour rassembler ses partisans en vue d’un TIM fort et uni. Une approche a été effectuée auprès du ministère de l’Intérieur afin de légaliser le parti. Le ministère de l’Intérieur a exigé une convention ou un accord où les deux clans (Razoarimihaja et Raharinaivo) s’entendent pour la mise en place d’un seul TIM. Ce qui a été fait le 26 avril 2014.

Interprétation. C’est la fausse interprétation de l’arrêté n°22828/2014 du 1er juillet 2014 qui est à l’origine du malaise actuel au sein du TIM. Or dans cet arrêté, rien n’indique que le TIM est présidé par Razoarimihaja Solofonantenaina ou Raharinaivo Andrianantoandro. Contrairement à l’accord politique du 26 avril 2014 sans lequel l’arrêté n’a pas été délivré. Le contexte politique actuel n’est pas favorable à cette guéguerre interne au sein de l’ancien parti majoritaire. La déclaration de guerre de Marc Ravalomanana de samedi dernier, que Razoarimihaja Solofonantenaina a mal interprété hier devant la presse ne serait pas digérée par le régime dont fait partie le ministre de l’Intérieur. En tout cas, Razoarimihaja Solofonantenaina a persisté à présider hier à Bel Air une réunion de « son » bureau politique. Une réunion qui n’a pas atteint le quorum requis et qui s’est transformée en une séance d’ « Ampamoaka » entre ses membres.

RAJAOFERA Eugène

Share This Post