Loi sur la décentralisation : Réticence de la majorité des députés

Jacaranda
Dès ce jour, les députés vont engager des débats très tendus sur la décentralisation. (Photo : Nary Ravonjy)
Dès ce jour, les députés vont engager des débats très tendus sur la décentralisation. (Photo : Nary Ravonjy)

La plupart des députés élus au nom du MAPAR, de la mouvance Ravalomanana et du GPS est contre le projet du gouvernement de diviser la capitale en six communes.

72 heures seulement après la clôture de la précédente réunion, une nouvelle session extraordinaire de l’Assemblée nationale a débuté hier. Il s’agit donc là, de la 4e session extraordinaire de la Chambre basse depuis sa mise en place au mois de février. 3 projets de loi organique, à savoir le projet de loi relatif à la décentralisation, celui se rapportant à la reforme du Conseil Supérieur de la Magistrature, ainsi que le projet de loi sur la Représentation de l’Etat, aux Ressources des Collectivités Territoriales Décentralisées, aux Modalités d’élections, ainsi qu’à l’Organisation, au Fonctionnement et aux Attributions de leurs organes, figurent à l’ordre du jour de cette session qui n’excèdera pas 12 jours. En tout cas, malgré l’encouragement du président de cette Institution, Jean Max Rakotomamonjy qui a déclaré que « l’instauration d’une décentralisation effective favorisera le développement équitable de toutes les régions, et l’adoption de cette loi servira à renforcer l’unité et la réconciliation nationale », l’on constate que la majorité des parlementaires reste réticente quant à ce projet de loi organique sur la décentralisation. Le découpage territorial prévu par ce texte n’est pas du tout convaincant aux yeux des députés. C’est notamment le cas des députés élus dans la Province d’Antananarivo issus entre autres, du MAPAR, de la mouvance Ravalomanana et du GPS, qui contestent catégoriquement le projet du gouvernement de diviser la capitale en six communes.

Alliance contre-nature. L’on s’achemine donc vers une alliance contre-nature entre des groupes parlementaires protagonistes pour bloquer l’adoption de ce projet de loi à Tsimbazaza. D’après certains députés pro-Rajoelina, « environs 80 % des députés sont contre cette proposition ». Logiquement donc, le projet de loi relatif à la décentralisation ne sera pas adopté au cours de cette nouvelle session extraordinaire, à moins que l’Exécutif, comme à l’accoutumée, ne donne un coup de pouce aux députés pour le faire. A noter cependant que pour leur part, les parlementaires VPM/MMM envisagent de voter pour l’adoption de ce projet de loi qu’ils considèrent comme « en conformité à 80 % » avec leur proposition. En tout cas, durant les 11 prochains jours, l’on s’attend à des débats très tendus du côté de Tsimbazaza. Mis à part le Premier ministre Kolo Roger, plusieurs membres du gouvernement ont également assisté à la cérémonie d’ouverture de cette nouvelle session extraordinaire de l’Assemblée nationale.

Davis R

Share This Post