Arriérés des anciens CT : Leurs membres de cabinet réclament aussi leur droit

Jacaranda

Sauf changement, les 364 membres du Congrès de la transition seront payés à Tsimbazaza. Suite à leur revendication qui semble être fondée, ces anciens parlementaires vont percevoir trois mois de salaire, mars, avril et mai 2014. En fait, pour justifier leur revendication, les anciens membres du CT évoquent les dispositions de la Constitution qui stipulent que le Congrès de la transition se dissout une fois que le bureau permanent de la nouvelle Assemblée nationale est constituée. Or, étant donné que le bureau permanent dirigé par la députée Mapar Christine Razanamahasoa a été contesté et que les députés étaient obligés de refaire les élections à Tsimbazaza pour mettre en place l’actuel bureau permanent présidé par Jean Max Rakotomamonjy, il fallait trois mois pour cette transition entre deux bureaux permanents.

Conseillers et assistants. Mais, il n’y a pas eu que ces 364 congressistes. Les 9 membres (Président, Vice-présidents, Questeurs) du bureau permanent de l’Assemblée nationale étaient dotés chacun d’un cabinet de 10 membres. Par ailleurs, les 34 présidents de Commission du Congrès de la transition ont chacun droit à 2 assistants. Donc en dehors des 364 CT qui seront servis demain par le Questeur I de l’Assemblée nationale Siteny Randrianasoloniaiko, il y a aussi environ 158 collaborateurs qui attendent d’être payés car ils pensent qu’ils en ont le droit. Ils revendiquent aussi trois mois de salaire. En tout cas, le ministère des Finances et du Budget sera obligé de débloquer une somme faramineuse pour satisfaire ces revendications. A rappeler qu’un simple membre du CT perçoit à l’époque à peu près deux millions d’Ariary de salaire par mois, sans parler des divers avantages auxquels ils ont eu droit.

R. Eugène

Blueline Air Fiber

Share This Post