Lila Koumba : Témoignages sur les conditions de détention de son mari

Jacaranda
Lila Koumba défendant le cas de son mari. (Photo Nary Ravonjy)
Lila Koumba défendant le cas de son mari. (Photo Nary Ravonjy)

L’épouse de l’ancien champion du monde de Kick-boxing ne cesse de revendiquer la libération de son mari. Estimant que Jean Marc Koumba n’a rien à voir avec le retour en catimini de Marc Ravalomanana dans le pays.

Lila Koumba Randriambololona est de nouveau montée au créneau, pour défendre son mari, détenu à la maison de force d’Antsiranana. C’était lors d’une conférence de presse qui s’est tenue, avant-hier, à l’Espace CLT Tsiadana. Ce fut une occasion pour l’épouse de Jean Marc Koumba de témoigner sur les conditions de détention de son mari. Partie le 23 novembre de la capitale pour rallier Antsiranana, elle est revenue à Tanà, le 28 novembre. Un temps qui a permis à cette dernière non seulement de s’entretenir avec son époux mais également d’en savoir plus sur la situation de ce dernier. Lila Komba a parlé notamment de l’insalubrité qui sévit dans la prison. Sans parler des prévenus qui vivent dans le même cachot que les condamnés.

Réaction. Lors de cette rencontre avec la presse, Lila Koumba a parlé aussi de la lettre que son mari a envoyée à son avocat. Un témoignage émanant de l’ancien champion du monde de Kick-boxing sur sa condition de détention. Elle n’a pas pu retenir ses larmes en lisant la lettre. Extraits. « …Ignorer purement et simplement l’existence de mes témoins au nombre de quinze. 15 témoins contre 2, ça fait beaucoup non ? Comment aurait-on qualifié un tel score en sport ? On aurait sûrement dit, ce fut un match sans équivoque, gagné haut la main et ne permettant pas le moindre doute ». Malgré tout, l’ex-body guard reste confiant en disant que « mais mes amis, ne vous inquiétez pas. Tôt ou tard, la vérité finira par se savoir. Ce sera certainement plutôt tard que tôt car tous les moyens seront mis en œuvre pour que la vérité se sache le plus tard possible. Sinon comment imaginer la réaction du public et de la presse internationale en apprenant qu’un colonel, commandant d’une unité puisse insulter et chasser comme un malpropre un consul européen qui accompagnait ma femme venue s’enquérir de mon arrestation ».

Arrestation. Une autre lettre a été également lue par Lila Koumba, mais cette fois-ci provenant des deux agents de l’ACM qui sont aussi en détention préventive à la maison de force d’Antsiranana. Dans cette lettre, ils déplorent les conditions de leur arrestation. Ils ont également déclaré dans cette missive qu’ « on nous a contraint de dire que Jean-Marc Koumba était venu à l’aérodrome d’Antsirabe».

Recueillis par Dominique R.

Telma Fibre Vibe

Share This Post