Déclaration de patrimoine : Pas de transparence ni de vérification

Du Président de la République au Premier ministre en passant par les ministres, tous les membres de l’Exécutif ont fait leur déclaration de patrimoine auprès du Bianco qui est à Madagascar ce que la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Politique (HATVP)est à la France. La comparaison s’arrête là car si tous les déclarants sont apparemment sincères aux yeux du Bianco, la HATVP a émis des doutes sérieux sur « l’exhaustivité, l’exactitude et la sincérité » de la déclaration de patrimoine et d’intérêts de Yamina Benguigui qui était ministre de la Francophonie entre 2012 et 2014. Elle va même être citée à comparaître en correctionnelle à Paris où elle risque gros car la loi sur la transparence de la vie politique prévoit des peines pouvant aller jusqu’à 3 ans d’emprisonnement, 45 000 euros d’amende et 10 ans d’inéligibilité pour tout manquement aux déclarations de patrimoine.

Consultables. L’autre grande différence est que les déclarations d’intérêts et de patrimoine des membres du gouvernement sont rendues publiques en France. En revanche, elles sont revêtues du sceau de la confidentialité à Madagascar qui s’inspire pourtant de l’ancienne mère-patrie dans beaucoup de domaines, pour ne citer que le découpage de Tana en plusieurs mairies d’arrondissement comme à Paris. Reste à savoir si tous ces maires seront également soumis à l’obligation de déclaration de patrimoine tel que c’est le cas en France où les déclarations des élus sont consultables en préfecture par les électeurs inscrits sur les listes électorales. Une transparence qu’on n’a pas jugée utile de « copier » à Madagascar où les députés refusent obstinément de faire leur déclaration de patrimoine. A peine si leurs électeurs savent qu’ils possèdent chacun une …tablette.

R. O

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication