Enquête sur Marc Ravalomanana : Lalao Ravalomanana de retour d’une mission en Afrique du Sud

Lalao Ravalomanana mettra le cap sur Antsiranana dans les prochains jours.
Lalao Ravalomanana mettra le cap sur Antsiranana dans les prochains jours.

L’ancienne Première Dame est rentrée au pays après un court séjour en Afrique du Sud où sa présence a permis de recueillir certaines informations sur le retour clandestin de Marc Ravalomanana.          

L’enquête sur le retour « clandestin » de Marc Ravalomanana à Madagascar se poursuit en Afrique du Sud. L’ancien président a fait appel à son avocat sud-africain Brian Currin pour le représenter en Afrique du Sud durant l’enquête. Quant à sa femme Lalao Ravalomanana, elle s’est rendue sur place dans le cadre de cette enquête. L’ancienne Première Dame est rentrée avant-hier. Elle a passé cinq jours sur le sol sud-africain. Rien n’a filtré des détails de ce déplacement. On a cependant appris que c’est Brian Currin qui l’a fait venir en Afrique du Sud pour lui demander certaines informations sur son mari. En tout cas, l’enquête sur le retour « clandestin » de l’ancien président avance en Afrique du Sud. Contrairement à ce qui se passe à Madagascar à en croire les explications fournies hier par le secrétaire général du ministère de la Justice, Charles Andriamiseza. D’après ce dernier, on attend le résultat de l’enquête menée en Afrique du Sud et la justice malgache n’est pas encore saisie sur l’affaire concernant Marc Ravalomanana.

Mesure administrative. Le numéro Deux du ministère de la Justice a réitéré hier que l’ancien président faisait l’objet d’une mesure administrative qui a conduit à son assignation à résidence fixe à l’Amirauté d’Antsiranana. Charles Andriamiseza a évoqué l’ordonnance 60-023 du 22 juillet 1960 régissant le régime d’assignation à résidence fixe. « Marc Ravalomanana n’est pas un prisonnier. », a martelé Charles Andriamiseza pour confirmer la déclaration de la ministre de la Justice Noëline Ramanantenasoa. Par contre, selon le secrétaire général du ministère de la Justice, Jean Marc Koumba et les quatre employés de l’Aviation Civile de Madagascar ont été placés sous mandat de dépôt à la prison d’Antsiranana par une décision judiciaire. « Les quatre employés de l’ACM sont placés dans une chambre à part autre que celle des détenus ordinaires. Quant à Jean Marc Koumba, il a été admis à l’infirmerie, mais il a demandé de rejoindre les quatre employés de l’ACM. », a expliqué Charles Andriamiseza pour rassurer que les cinq détenus bénéficient d’un traitement de faveur à la prison d’Antsiranana.

R. Eugène

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication