Hery Rajaonarimampianina sur l’affaire SUCOMA : « Il y avait eu des éléments externes dans le dessein de détruire »

Le président Hery Rajaonarimampianina au milieu des employés de l’entreprise « Mazava Sportswear ». ( photo Nary Ravonjy)
Le président Hery Rajaonarimampianina au milieu des employés de l’entreprise « Mazava Sportswear ». ( photo Nary Ravonjy)

Le président Hery Rajaonarimampianina a procédé, hier, à la visite de l’entreprise « Mazava Sportswear », sise à Ankadindravola Ivato. Une visite qui rentre notamment dans le cadre de la réintégration de Madagascar dans l’AGOA. D’ailleurs, le président de la République l’a annoncé officiellement. Et ce, suivant la notice au Federal Register Board des Etats-Unis qui va permettre de nouveau aux produits des Zones Franches de la Grande Ile l’autorisation d’entrée sur le marché américain avec les exonérations douanières propres à l’AGOA. Comme toutes les entreprises franches du pays en plein essor avant 2009, Mazava Sportwear n’a pas échappé à la règle, elle a dû subir également les conséquences néfastes de la suspension de l’AGOA. Notons que cette entreprise compte actuellement 3600 employés. La perspective de 5000 emplois est dans son plan de développement, maintenant que les sanctions sont levées.

Réconciliation nationale. En marge de la visite de l’entreprise « Mazava Sportswear », le président Hery Rajaonarimampianina n’a pas manqué de parler de l’affaire SUCOMA. « Il y avait eu des éléments externes dans le dessein de détruire », a-t-il martelé. Par ailleurs, il a répondu également aux questions des journalistes sur sa rencontre avec Marc Ravalomanana, avant-hier à Nosy-Be. Il n’a pas hésité à dire oui. Et lui d’ajouter que « tout cela rentre dans le cadre de la réconciliation nationale». Ne manquant pas de souligner au passage que « cela n’a rien à voir avec la rencontre du 11 décembre dernier ». Faisant sans doute allusion à la manifestation organisée par le MAPAR dans le cadre de la commémoration de la promulgation de la Constitution de la IVe République. Et dont une nouvelle coalition semble être en gestation. Toujours sur le cas du fondateur de l’empire Tiko, à la question, « est-ce qu’il va rentrer chez lui avant la fête », la réponse du chef de l’Etat a été plutôt évasive. « Ne vous empressez pas. Nous sommes dedans dans le processus». Sans apporter plus de précisions.

Recueillis par Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication