Jean Marc Koumba : Condition carcérale très dure

Au lendemain de sa libération, l’ancien garde du corps de Marc Ravalomanana, Jean Marc Koumba s’est exprimé devant la presse pour clamer son innocence, ainsi que celle des agents de l’Aviation Civile de Madagascar (ACM) Antsirabe. Ils ont été incarcérés à la maison centrale d’Antsiranana pour avoir été soupçonnés d’être impliqués dans le retour en catimini de l’ancien exilé d’Afrique du Sud. Jean Marc Koumba a fait savoir que les éléments des Forces de l’ordre ayant participé à son arrestation n’ont été munis d’aucun acte officiel. Aucune convocation ni mandat d’arrêt également. C’est pourquoi l’ex-bodyguard considère son arrestation comme un « kidnapping » ou un « enlèvement par la force ». Même sort pour les employés de l’ACM qui auraient été victimes de violences et de menaces de mort. « On les a forcés pour me dénoncer », a révélé Jean Marc Koumba qui se dit prêt pour une confrontation avec les deux faux témoins qui auraient affirmé l’avoir vu à l’aérodrome d’Antsirabe le jour de l’arrivée au pays de Marc Ravalomanana. Le champion de kick-boxing se dit également « étonné du fait que les enquêteurs aient ignoré les 18 témoins pouvant affirmer son innocence ».

Non-lieu. Pour ce qui est de sa condition carcérale, Jean Marc Koumba de déclarer que sa vie en prison était dure. « Très dure dans la mesure où j’ai été incarcéré pendant deux mois alors que je suis innocent », a-t-il martelé. Et lui d’ajouter : « Si j’avais réellement aidé Marc Ravalomanana à rentrer clandestinement à Madagascar, j’aurais assumé les conséquences de mes actes ». Pour sa part, Maître Eric Rafidison a expliqué que les procédures judiciaires n’ont pas encore pris fin dans la mesure où Koumba et les 4 agents de l’ACM sont pour le moment en liberté provisoire. Une demande de non-lieu a toutefois été déposée auprès du Doyen des Juges d’instruction. En attendant, les cinq co-accusés ont rejoint Antsirabe.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication