Loi sur le statut de Tana : Pression des employés de la CUA sur le ministre de l’Intérieur

Les employés de la CUA souhaitent que la Ville soit enfin dirigée par un Maire élu.
Les employés de la CUA souhaitent que la Ville soit enfin dirigée par un Maire élu.

Reste à savoir si le ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana qui prévoit d’user et d’abuser de tous ses pouvoirs pour finaliser le morcellement d’Antananarivo en 6 Mairies d’Arrondissement va prendre en considération cet appel du personnel de la CUA.

Les employés de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) sont-ils manipulés politiquement ? C’est la question que se posent les observateurs face à la position actuelle de ces derniers vis-à-vis de la loi régissant les Collectivités Territoriales Décentralisées à statut particulier. Après avoir obtenu gain de cause par rapport à leur requête déposée auprès de la Haute Cour Constitutionnelle pour dire non au morcellement d’Antananarivo en six Mairies d’Arrondissement, les agents de la CUA poursuivent leurs revendications en faisant pression cette fois-ci sur le ministre de l’Intérieur, Mahafaly Olivier Solonandrasana en vue d’inciter celui-ci à arrêter les débats autour de la loi sur les communes à statut particulier mais de se pencher plutôt sur les préparatifs des élections communales. La Haute Cour Constitutionnelle (HCC), dans son avis pris la semaine dernière, a déclaré non conforme à la Constitution la loi n°2015-004. Lundi dernier, le ministre de l’Intérieur a laissé entendre qu’un nouveau projet de loi sera élaboré prochainement, cette fois-ci, son élaboration se fera avec la collaboration de toutes les entités concernées. Bien malgré le rejet de la HCC donc, le régime n’entend pas baisser les bras. D’ailleurs, d’après les informations, les députés seront convoqués pour une énième session extraordinaire incessamment afin qu’ils puissent se pencher de nouveau sur la question.

Chronogramme. Cette affaire semble encore loin de son dénouement. Et ce, dans la mesure où face à la persistance du Ministère de tutelle, les agents de la Commune Urbaine d’Antananarivo exigent le respect du chronogramme déjà établi par la Commission Electorale Indépendante. Pour eux, le 17 juillet, date prévue pour la tenue du scrutin doit donc être respecté. Même topo pour le coup d’envoi du dépôt des dossiers de candidatures, qui devrait débuter au mois de mars prochain. Pour les employés, au lieu de perdre son temps à essayer de convaincre les différentes entités concernées à adopter une nouvelle loi, le régime devrait plutôt se concentrer sur les préparatifs électoraux. En marge de l’Assemblée générale qui s’est déroulée hier à Mahamasina, le porte-parole du Syndicat des employés de la CUA, Tsinjo Rakotomaharo a exhorté les dirigeants actuels à fournir tous les moyens nécessaires pour que les programmes soient maintenus. Le personnel espère en effet que la capitale, dirigée depuis belle lurette par un Président de la Délégation Spéciale (PDS), puisse enfin avoir un Maire élu démocratiquement. Reste à savoir si le ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana qui prévoit d’user et d’abuser de tous ses pouvoirs pour finaliser le morcellement d’Antananarivo en 6 Mairies d’Arrondissement va prendre en considération cet appel du personnel de la CUA.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication